Merci de nous préciser les territoires lieux de déserts médicaux dans le tarn, mais pour les solutions ?

CARTE. Déserts médicaux : découvrez les communes du Tarn qui manquent de médecins

https://www.ladepeche.fr/2023/01/25/carte-decouvrez-les-communes-du-tarn-qui-manquent-de-medecins-10948593.php

  • En matière de désertification médicale, le plus dur est encore devant nous.En matière de désertification médicale, le plus dur est encore devant nous. Photo d’archives DDM – LAURENT DARD

Santé,  Tarn,  Société

Publié le 25/01/2023 à 07:01 , mis à jour à 07:34

00:00/03:44

l’essentiel

Alors que Couffouleux compte plus de 3 000 habitants, la commune de l’ouest tarnais ne bénéficiait de la présence d’aucun médecin depuis dix ans. Une situation qui prendra fin en février. Les Couffoulésiens vont enfin retrouver un cabinet médical. Trois médecins vont s’installer dans un centre de santé réalisé par la municipalité sur un terrain acheté par la commune.

Les médecins en question viendront de la commune voisine de Rabastens. Ils bénéficieront dans ce nouveau lieu, pris en location, de meilleures conditions de travail. Olivier Damez, le maire de Couffouleux, y voit aussi la possibilité d’améliorer l’offre de soin sur le Rabastinois. « Dans ces nouveaux locaux, ils vont pouvoir accueillir plus de patients et nous avons créé un quatrième bureau afin de permettre l’arrivée éventuelle d’un autre généraliste ».

Les collectivités à l’ouvrage

Quant aux habitants de Rabastens qui perdent 3 médecins, qu’ils ne s’inquiètent pas, ils garderont leur patientèle rabastinoise.
La situation de ce territoire est un exemple parmi tant d’autres des mobilisations des collectivités pour endiguer le phénomène des déserts médicaux.https://datawrapper.dwcdn.net/iMCp0/1/

Comme le montre la carte, les communes tarnaises qui n’ont pas de médecin sont de plus en plus nombreuses. « Il n’est plus possible d’avoir un médecin par clocher », reconnaît de façon imagée, le docteur Etienne Moulin, le président de l’ordre des médecins du Tarn. Également élu au conseil départemental, il s’est transformé en VRP du Tarn pour attirer les jeunes médecins.

« La médecine en France reste profondément libérale mais la sociologie du médecin a beaucoup évolué. Selon une étude, près de 25 % des jeunes médecins souhaitent exercer une activité salariée. Beaucoup d’entre eux ne veulent plus travailler à temps plein. Pour exercer à temps partiel, ils doivent obligatoirement être en structure comme les centres de santé. Alors à l’exercice libéral de la médecine, on ajoute tous les dispositifs possibles pour enrayer l’extension des déserts médicaux. Il faut faire preuve d’imagination.

Dès vendredi, le département va adhérer au GIP de la Région destiné au recrutement des professionnels de santé. La création de maison de santé publique comme à Mazamet ou Lacaune sont des éléments de plus pour attirer des professionnels ».

Beaucoup d’internes, peu de jeunes médecins

Selon Etienne Moulin, la Tarn est le deuxième département d’Occitanie en nombre d’internes en médecine. C’est un avantage. L’objectif est de les convaincre de rester et s’installer. « Jusqu’à présent, le Tarn était dans la moyenne basse régionale pour la présence de médecins. On remonte un peu dans la moyenne grâce à tout le travail fourni depuis quelques années ».

Pour fidéliser ces futurs médecins, il faut se doter de structures collectives mais aussi réfléchir à l’emploi du conjoint, la crèche, l’école… « Néanmoins, on ne peut pas tomber dans la surenchère notamment financière. Beaucoup l’ont fait et cela n’a pas fonctionné. Il faut leur donner l’envie de rester par la qualité de vie ».

Le président de l’ordre des médecins prévient : « Le mur du désert médical c’est dans deux ans que nous l’aurons vraiment devant nous. Il faut s’y préparer On a 10 ans difficiles à passer le temps que la libération du numerus clausus fasse son effet ».

Pour appuyer son avertissement, Etienne Moulin met en avant l’âge avancé des médecins en place. « À Albi et à Castres, c’est 30 % d’entre eux qui vont partir dans les deux à trois ans qui viennent ». Une situation qui réclame une capacité d’anticipation pour éviter que le Tarn ne devienne un désert médical.

Commentaires Dr Jean Scheffer

Les solutions existent, au niveau national c’est le « Clinicat Assistanat pour Tous », obligatoire pour tous les internes futurs généralistes comme futurs spécialistes. Voir: « Vision Globale -Solution globale « :  https://1drv.ms/w/s!Amn0e5Q-5Qu_sAoKetf_T8OKk2Io?e=C9jccc.

Pour Albi, une association milite pour la création d’un centre de santé publique (CesSaPa), elle tient son AG ce Jeudi 26 Janvier à la bourse du travail à 20h, mais la municipalité d’Albi freine tout ce qu’elle peut. Elle propose de travailler pour un centre de soins non programmés avec des médecins retraités. Comme nous connaissons bien son orientation politique, il ne serait pas étonnant que ces centres soient pilotés par une ou par les deux cliniques lucratives d’Albi, comme cela a été fait par les établissements sous la coupe de fonds de pensions comme Ramsay, Vivalto ou SantéCie en PACA. Ce sont des lieux de recrutement pour abonder en patients les cliniques lucratives ou les dépassements d’honoraires sont systématiques.

De toute façon on ne peut comparer un centre de santé public pluri-professionnel et un centre de soins non programmés. Le premier prend en charge régulièrement une population qui aura été préparée par un « projet de santé » débattu démocratiquement avec les professionnels, élus, citoyens (ce n’est absolument pas le cas des centres de consultations de Filieris de Cagnac, Carmaux et Albi, mis en avant par la municipalité d’Albi, même si par ailleurs leurs équipes donnent satisfaction pour les soins de proximité). Le second ne fait que prendre des patients en urgence qui ne relèvent pas du service des urgences de l’Hôpital ou des cliniques, et qui n’ont pas de médecin traitant ou le leur n’est pas disponible.

En réalité il y a moyen d’ échapper à cette marchandisation de la santé, comme cela a été fait à Paris et à Lyon, avec de véritables centres de santé multi-professionnels, adossés aa à des hôpitaux publics et associant médecins libéraux et hospitaliers. Les médecins sont payés par les caisses d’assurance maladie sous forme de capitation. Voir: https://environnementsantepolitique.fr/2023/01/16/des-centres-de-sante-parisiens-et-a-lyon-avec-des-medecins-payes-par-lassurance-maladie-a-la-capitation/.

De plus la région avec le financement de médecins généralistes salariés (avec son GIP), et le département pourraient contribuer à la création du centre de santé public Albigeois.

Voir aussi:

Centres de santé: il y a nécessité de distinguer les structures de service public, de celles qui ont un objet lucratif (revue de presse)

C’est autour de la banque Crédit Agricole d’offrir un service de téléconsultations et d’investir avec Ramsay (centres de soins) et Korian (résidences séniors)

La privatisation de la santé pénètre les soins de proximité

Les centres de santé ouverts au lucratif depuis 2018 « Ce serait terrible d’avoir à choisir entre solidarité et profit »

Le « modèle français de privatisation » appliqué à la santé: Ramsay Santé, Vivalto Santé, DomusVi…

Région PACA: lancement d’un réseau de maisons de santé et d’urgences (MSU), par le biais de la filiale Urgencemed du groupe Santé Cie.

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s