Les 5 000 euros mensuels avancés par TotalEnergies semblent bien plus proches du salaire d’un opérateur de raffinerie très expérimenté que de celui d’un salarié moyen (2 740 euros brut par mois en début de carrière)

Pénurie de carburants : les salariés en grève dans les raffineries de TotalEnergies gagnent-ils vraiment 5 000 euros par mois ?

DERRIÈRE LE CHIFFRE – Face au mouvement de grève pour une hausse des salaires dans ses raffineries, la direction de TotalEnergies a publié ce qu’elle présente comme le salaire moyen d’un opérateur de raffinerie. 

Par Romain Geoffroy et Aline LeclercPublié hier à 13h19, mis à jour hier à 15h44

Temps de Lecture 4 min. 

https://redaction.lemonde.fr/optiext/optiextension.dll?ID=aIJaJEvET48MZaVktzv7gXmFJfNOkQya18VfbgHLXrBzwNnWOxurCXbWsE0mMDx9jpwK8K69mF1gQsNcJ%2BJqQBma5Dro_HD9vma0FkG_

Des salariés de TotalEnergies en grève à l’appel de la CGT sont rassemblés devant la raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, le 10 octobre 2022.
Des salariés de TotalEnergies en grève à l’appel de la CGT sont rassemblés devant la raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, près du Havre, le 10 octobre 2022.  LOU BENOIST / AFP

Dans un communiqué de presse daté du 10 octobre, la direction de TotalEnergies affirme que « les niveaux de rémunération moyenne des opérateurs du raffinage de TotalEnergies en France » sont de « 5 000 euros ». Plusieurs commentateurs s’en sont émus, laissant entendre qu’un tel niveau de salaire entachait la légitimité des grévistes à se battre pour leurs salaires. Sur France Inter, l’éditorialiste « libéral » Dominique Seux lançait dans sa chronique : « Il ne s’agit en aucun cas de dire que ces salaires sont trop élevés par rapport à la qualification et aux postes occupés : on ne se permettra pas de porter un tel jugement – même si j’ai une petite idée de la réaction de nos auditeurs quand ils entendent ces chiffres ! »

Lire aussi :  Pénurie de carburant : plus de 30 % des stations-service toujours en difficulté en France, six des sept raffineries restent en grève

Dans un appel à témoignages sur la pénurie de carburants publié sur Lemonde.fr, plusieurs lecteurs jugeaient « honteuse » la mobilisation des opérateurs de raffinerie, reprenant le haut niveau de rémunération communiqué par TotalEnergies.

A l’origine du mouvement de grève dans les raffineries du groupe pétrolier français, la Confédération générale du travail (CGT) a très mal digéré la communication du groupe. « On ne sait pas d’où sort ce chiffre, s’agace Thierry Defresne, secrétaire CGT du comité d’entreprises européen TotalEnergies SE. Ce sont des données sociales qui n’existent pas, des chiffres au doigt mouillé qui sont publiés uniquement pour salir les grévistes. »

Lire aussi :  Quelle est l’ampleur des pénuries de carburant ? Quelles sont les revendications des grévistes ? Nos réponses à vos questions

Hakim Belouz, délégué syndical Force ouvrière (FO) chez TotalEnergies, estime lui aussi que la direction du groupe tente de « monter l’opinion publique contre les salariés ». Geoffrey Caillon, délégué Confédération française démocratique du travail (CFDT) – syndicat n’ayant pas pris part au mouvement de grève – regrette lui aussi la communication de la direction, qui « prend à témoin la France entière pour montrer que nos salaires ne sont pas si bas » et « n’aura pas tendance à calmer les esprits ».

A quoi ce chiffre de 5 000 euros par mois renvoie-t-il ?

Il faut d’abord rappeler quelques précisions : le montant de 5 000 euros mensuels brut mis en avant par le géant des hydrocarbures correspond, selon lui, à la rémunération brute mensuelle « des ouvriers et agents de maîtrise » des raffineries et comprend notamment des primes de pénibilité, d’intéressement et de participation.

Hors primes d’intéressement et de participation – qui, en raison des bons résultats de l’entreprise, étaient en moyenne de 9 100 euros en 2022 –, TotalEnergies affirme que la rémunération mensuelle moyenne d’un opérateur de raffinerie est de 4 300 euros brut.

Plusieurs responsables syndicaux de la CGT ont rapidement démenti ces chiffres. Emmanuel Lépine, secrétaire général de la Fédération nationale des industries chimiques (FNIC-CGT), a ainsi assuré auprès de RTL que le salaire moyen d’un opérateur de raffinerie « est aux alentours de 3 000 euros », rappelant par ailleurs qu’il s’agissait de « postes à très hautes qualifications ».

Dans une vidéo publiée sur Twitter, Adrien Cornet, délégué CGT et salarié de la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne), évoque plutôt une moyenne de 2 500 euros. Il insiste notamment sur le fait que ces salaires comprennent plusieurs primes liées à la pénibilité du métier, avec des équipes postées aux « trois fois huit heures, [6 heures-14 heures, 14 heures- 22 heures et 22 heures-6 heures] qui travaillent trois week-ends sur cinq et respirent du carburant et des produits chimiques ».

Lire aussi :  Carburants : les grèves reconduites, le gouvernement lance la réquisition des personnels au dépôt ExxonMobil de Port-Jérôme-Gravenchon

La convention collective de l’industrie du pétrole prévoit, en effet, des primes de quart d’un montant égal à 18 % du salaire hors prime, pour les « travailleurs postés en continu qui appartiennent à des équipes successives fonctionnant en permanence par rotation vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sans interruption la nuit, le dimanche et les jours fériés ».

Selon l’Union française des industries pétrolières énergies et mobilités (Ufipem), le salaire de base d’un salarié en début de carrière dans une société de raffinage est proche de 2 200 euros brut par mois, auxquels s’ajoute une prime de quart d’environ 540 euros. Soit 2 740 euros brut par mois en début de carrière.

Pour un salarié ayant près de vingt ans d’ancienneté, le salaire de base se situe à environ 3 600 euros brut, auquel il faut ajouter près de 1 200 euros de primes (dont la prime de quart et d’ancienneté, à 1 % par année d’ancienneté). Soit un salaire brut mensuel de 4 800 euros après vingt ans de carrière. L’Ufipem note par ailleurs « que 85 % des salariés de la branche ont un salaire réel supérieur de plus de 10 % aux minimaux conventionnels ». Les 5 000 euros mensuels avancés par TotalEnergies semblent ainsi bien plus proches du salaire d’un opérateur de raffinerie très expérimenté que de celui d’un salarié moyen.

Lire aussi :    Crise des carburants : la riposte graduée de l’exécutif

« Jusqu’à quel niveau de salaire a-t-on le droit de se battre pour son pouvoir d’achat ? »

Dans tous les cas, les chiffres publiés par la direction du groupe ne disent pas grand-chose de la réalité salariale dans ses raffineries françaises, une moyenne pouvant cacher de larges disparités entre les salariés. Contactée, l’entreprise n’a pas donné suite à nos demandes concernant le salaire médian dans ses raffineries.

Les responsables syndicaux contactés n’ont, eux non plus, pas souhaité communiquer précisément les chiffres des rémunérations, affirmant ne pas vouloir tomber dans le piège tendu par leur direction.

De fait, ils rappellent tous que les salariés de TotalEnergies réclament une hausse des salaires compte tenu des bons résultats de l’entreprise, qui a engrangé 10,6 milliards de dollars (10,9 milliards d’euros) de bénéfice au premier semestre 2022 et versé récemment à ses actionnaires un acompte sur dividende exceptionnel de 2,62 milliards d’euros.

La CGT réclame 10 % d’augmentation des salaires, dont 7 % au titre de l’inflation et 3 % pour le partage de la richesse. « Jusqu’à quel niveau de salaire a-t-on le droit de se battre pour son pouvoir d’achat ?, interroge Thierry Defresne. Notre force de travail vaut moins en 2022 qu’en 2021, et on devrait accepter ça ? Faut-il bouffer du rat pour avoir le droit de se plaindre de l’inflation ? » Son collègue de FO Hakim Belouz abonde : « Quand bien même notre salaire serait élevé, est-ce que ça serait un souci ? Y a-t-il une loi qui interdit de faire grève au-dessus de 5 000 euros mensuels ? »

Lire aussi :    Pénurie de carburant : la question du prolongement des ristournes de TotalEnergies provoque un couac gouvernemental

Romain Geoffroy et  Aline Leclerc

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion. S’abonnerDéjà abonné ? Se connecter

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s