L’amélioration de la qualité de l’air en Ile-de-France a permis de diminuer de 40 % le nombre de morts annuels imputable à l’exposition aux particules fines sur la dernière décennie.

Publié le 12/10/2022

Diminution importante des décès imputables à la pollution atmosphérique

Paris, le mercredi 12 octobre 2022

https://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/diminution_importante_des_deces_imputables_a_la_pollution_atmospherique_194425/document_actu_pro.phtml

L’amélioration de la qualité de l’air en Ile-de-France a permis de diminuer de 40 % le nombre de morts annuels imputable à l’exposition aux particules fines sur la dernière décennie.

Dans notre époque particulièrement pessimiste, on a tendance à entendre et à croire que tout va dans la mauvaise direction, notamment en matière d’écologie. Via une étude réalisée par l’Observatoire régional de santé (ORS) d’Ile-de-France en collaboration avec Airparif, Santé Publique France vient nous rappeler que, contrairement aux idées reçues, la qualité de l’air en Ile-de-France s’est nettement améliorée ces dernières années. Les concentrations en particules fines, dioxyde d’azote et ozone ont nettement diminué au cours de la décennie.

Grâce à une étude statistique minutieuse basée sur la mesure des effets de la pollution atmosphérique sur la mortalité, les agents de l’ORS d’Ile-de-France ont pu réaliser ce qu’ils appellent une « évaluation quantitative d’impact sur la santé » (EQIS) afin « d’objectiver l’enjeu de santé publique que représente la pollution de l’air ».

Selon leurs calculs, entre 2010 et 2019, dans la région le nombre de décès annuel attribuable à une exposition prolongée aux particules fines est passé de 10 350 à 6 220, soit une baisse de 40 %, ce qui représente un gain d’espérance de vie de 8 mois pour les Franciliens de plus de 30 ans. La part de l’ensemble des décès attribuable aux particules fines est ainsi passé de 16,5 % à 9 %.

10 mois d’espérance de vie en plus pour les Parisiens !

La baisse est moins marquée pour les décès provoqués par une exposition au dioxyde d’azote, qui seraient passés de 4 520 par an à 3 680, soit une diminution de 19 %. Santé Publique France précise que le nombre de décès évitables pour chaque type de polluant ne peut pas être additionné car une partie de ces causes de morts se recoupent.

La baisse de mortalité est particulièrement nette à Paris, tout à la fois en raison d’une plus forte pollution atmosphérique et d’une plus grande densité de population : les Parisiens de plus de 30 ans ont ainsi gagné 10 mois d’espérance de vie en 10 ans. A l’inverse, les zones rurales bénéficient plus de la baisse de l’exposition à l’ozone, la pollution aux particules fines et au dioxyde d’azote, essentiellement dues au trafic automobile, y étant très faible.

Aussi encourageante que soit cette baisse de la mortalité observée, l’Ile-de-France reste loin des objectifs en matière de pollution atmosphérique fixés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), actualisés et revus à la hausse en septembre 2021. Selon l’ORS d’Ile-de-France, si les seuils fixés par l’OMS étaient atteints, 6 200 décès supplémentaires dues à l’exposition aux particules fines serait évités, soit une baisse globale de 9 % de la mortalité en Ile-de-France, ainsi que 2 350 décès imputables au dioxyde d’azote et 1 700 décès liés à l’ozone.

Le confinement a bien sauvé des vies

Pour Santé Publique France, il est très important de communiquer sur ces bons résultats afin de « favoriser l’acceptabilité sociale des mesures » de lutte contre la pollution atmosphérique. « Si certaines valeurs guides de l’OMS peuvent paraitre lointaines, un regard en arrière montre le chemin parcouru » notent, optimistes, les auteurs de l’étude.

Enfin, les agents de l’ORS d’Ile-de-France se sont intéressés à l’impact sur la qualité de l’air des confinements de 2020, qui ont logiquement fortement réduit le trafic automobile et donc la pollution atmosphérique. Selon l’étude, ce sont 340 décès liés au dioxyde d’azote et 180 morts imputables aux particules fines qui auraient pu être évités grâce à ces mesures drastiques de restrictions de déplacement, en particulier à Paris et dans sa banlieue.

A quand un confinement pour améliorer la qualité de l’air ?

Quentin Haroche

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s