Le Directeur somme le malade de quitter l’hôpital ayant besoin de lits , sans aucune solution de remplacement !

Des courriers choquants invitent les patients du CHR d’Orléans à « libérer votre chambre maintenant aussitôt que possible »

Article réservé aux abonnés

Publié
le 22/07/2022 à 19h52

Mis à jourMis à jour
le 25/07/2022 à 12h09

https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/des-courriers-choquants-invitent-les-patients-du-chr-d-orleans-a-liberer-votre-chambre-maintenant-aussitot-que-possible_14163905/

Des courriers choquants invitent les patients du CHR d'Orléans à "libérer votre chambre maintenant aussitôt que possible"

Le service des urgences est concerné par le courrier de la direction. © Christelle Gaujard 

Un courrier de la direction du centre hospitalier d’Orléans circule depuis ce vendredi 22 juillet. Il demande aux patients « de prendre leurs dispositions de sorte de libérer leur chambre ».

La maladresse de la rédaction du courrier choque. Elle fragilise même la véracité du message à ….(suite abonnés )

La lettre du Directeur Général adjoint :

Orléans, le 21 juillet 2022


Monsieur,
Vous êtes actuellement hospitalisé au sein du service des urgences du nouvel hópital d’Oriéans.
Le médecin qui s’occupe de vous pense que vous pouvez être admis dans un autre établissement du territoire faute de lits au chr.
Je vous serais donc obligé de bien vouloir prendre vos dispositions de sorte de libérer votre chambre
maintenant aussitöt que possible. Un nouveau patient en a besoin.
Merci d’avance pour votre compréhension.
Jean-Robert CHEVALLIER,
directeur général adjoint.


Post scriptum:
le code de la santé publique dispose
que c’est le directeur de l’hôpital qui décide, sur
proposition des médecins, de l’admission et de la sortie des patients hospitalises,

« Merci de libérer votre chambre aussitôt que possible » : le courrier de l’hôpital d’Orléans qui fait polémique 

Par L.C. le 26-07-2022 https://www.egora.fr/actus-pro/hopitaux-cliniques/75397-merci-de-liberer-votre-chambre-aussitot-que-possible-le-courrier

Le syndicat Sud Santé a publié le 22 juillet un courrier signé par le directeur adjoint du CHR d’Orléans dans lequel il est écrit que les patients sont priés de bien vouloir « prendre [leurs] dispositions de sorte de libérer [leur] chambre maintenant aussitôt que possible ». Alors que la lettre a suscité la polémique, l’hôpital a assuré qu’elle n’avait pas été transmise aux patients et qu’il allait corriger la formulation. 

Le courrier du CHR d’Orléans, diffusé par le syndicat Sud Santé sur les réseaux sociaux, a provoqué de vives réactions chez les internautes, outrés. Signée par le directeur adjoint de l’établissement, Jean-Robert Chevallier, la lettre, visiblement destinée aux patientes de la maternité, indique qu’elles doivent « prendre [leurs] dispositions de sorte de libérer [leur] chambre maintenant aussitôt que possible » car « une nouvelle patiente en a besoin ». « Le médecin qui s’occupe de vous pense que vous pouvez sortir de l’établissement pour être transférée dans un autre établissement dans lequel une chambre vous est réservée », est-il précisé.

Un courrier similaire a été formulé pour les patients hospitalisés aux urgences. Dans cette version, il est indiqué que « le médecin qui s’occupe de vous pense que vous pouvez être admis dans un autre établissement du territoire faute de lits au CHR », rapporte France 3 Centre-Val de Loire.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fsudsantesociaux.loiret%2Fposts%2Fpfbid02b7DZQmmzKLnGNu5iRDxZmNZwPa9ub7EzehuJo1QEtRyrUyZXH98sBoh1YencSjWUl&show_text=true&width=500

France 3 Centre-Val de Loire, qui a dans un premier temps douté de la véracité de ces lettres, a interrogé Lucie Corneat, déléguée syndicale Sud Santé au CHRO. Cette dernière a affirmé avoir été alertée « par plusieurs agents »,dont certains à qui « il a été demandé de faire des photocopies. Quand ils ont vu la teneur du courrier, ils n’ont pas compris. » Selon elle, certains médecins avaient été informés mais « pour ceux qu’on a pu avoir, ils n’étaient pas d’accord pour diffuser ce courrier-là car cela les met en cause ».

La déléguée a également fait référence au post-scriptum du DG adjoint, qui précise que « le code de la santé publique dispose que c’est le directeur de l’hôpital qui décide, sur propositions des médecins, de l’admission et de la sortie des patients hospitalisés ». Cette dernière a rapporté « une situation récente avec un homme qui a été très véhément avec une équipe ». « Le directeur général nous avait sorti le post-scriptum pour des patients qui ne seraient pas corrects avec des professionnels de santé, il nous avait expliqué que le directeur pouvait ordonner la sortie du patient. »

« Il y a eu une crise lundi où on n’avait pas de lit, et il fallait absolument qu’on adresse des patients à d’autres établissements. Il y avait dans les services en difficulté des patients qui refusaient d’aller dans les établissements où on pouvait les accueillir », a confirmé Olivier Boyer, le directeur général du CHRO. Ce dernier a expliqué à France 3 avoir ainsi réfléchi à un courrier type destiné aux patients « avec les urgentistes et les gynécologues qui sont confrontés à la même difficulté » dans le but d’éviter ces situations à l’avenir. Sud Santé a de son côté jugé ce courrier « très violent ». « Si la personne vient aux urgences ou à la maternité, elle ne prend pas la place de quelqu’un d’autre, très souvent il y a une justification de l’hospitalisation », a déploré Lucie Corneat.

Cette dernière a également regretté que la lettre donne l’impression que le patient doit se débrouiller par ses propres moyens pour organiser son transfert. Afin que le courrier ne soit pas distribué aux patients, Sud Santé a préféré le diffuser, et alerter plusieurs médias. Selon le syndicat, aucun patient ne l’a reçu. Auprès de France Bleu, la Dre Claire Ceccaldi, vice-présidente de la commission médicale d’établissement du CHRO, a également indiqué que « la lettre n’a pas été distribuée ni même montrée à aucun patient ».

La direction de l’hôpital a reconnu un courrier « sans doute fait dans la précipitation », selon les dires du directeur. « J’ai demandé qu’on revoie la formulation dans un mode empathique. » Il a également assuré que les patients n’avaient pas à s’occuper de leur transfert vers une autre structure. « On est tout à fait désolés vis-à-vis de nos patients », a-t-il confié à nos confrères.

[avec France 3 et France Bleu]

Voir aussi: https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/loiret/orleans/merci-de-liberer-votre-chambre-des-que-possible-un-courrier-destine-aux-patients-des-urgences-de-l-hopital-d-orleans-et-de-la-maternite-choque-2586180.html

L’hôpital d’Orléans veut calmer le jeu après une polémique sur une lettre destinée aux patients des urgences

Mardi 26 juillet 2022 à 15:14 – Mis à jour le mardi 26 juillet 2022 à 18:57 – Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans

https://www.francebleu.fr/infos/societe/l-hopital-d-orleans-veut-calmer-le-jeu-apres-une-polemique-sur-une-lettre-destinee-aux-patients-des-1658837831?xtmc=ceccaldi&xtnp=1&xtcr=1

L’hôpital d’Orléans dément avoir distribué une lettre demandant aux patients des urgences « de libérer la chambre aussitôt que possible » si une solution d’hospitalisation a été trouvée. Ce courrier existe bien. Mais, aucun médecin ne s’en est servi. Aujourd’hui, le CHRO veut rassurer la population. 

L'entrée des Urgences au CHRO
L’entrée des Urgences au CHRO © Radio France – Patricia Pourrez 

Pour comprendre cette affaire, il faut remonter à jeudi dernier dans le services des urgences du CHRO. Faute de lits disponibles à l’hôpital d’Orléans, deux patients âgés, qui sont là depuis 48 heures, se voient proposer une solution dans un autre établissement et donc éloigné d’Orléans. Mais leurs familles refusent, ce qui met les soignants en difficulté. 

Cette lettre n’a jamais été distribuée ni présentée aux patients

Pour les aider, le directeur adjoint de l’hôpital, Jean-Robert Chevallier, rédige une lettre type, avec des propos plutôt directs et brutaux. « Le médecin qui s’occupe de vous pense que vous pouvez être admis dans un autre établissement du territoire faute de lits au CHR. Je vous serais donc obligé de bien vouloir prendre vos dispositions de sorte de libérer votre chambre maintenant aussitôt que possible. Un autre patient en a besoin« . Le courrier n’est pas validé par l’équipe médicale et il n’est pas transmis aux patients ni à leurs familles. « C’était vraiment pour aider les soignants au cas où. Mais la lettre n’a pas été distribuée ni même montrée à aucun patient » assure Claire Ceccaldi, médecin et vice-présidente de la commission médicale d’établissement du CHRO. 

Polémique amplifiée par les réseaux sociaux 

Sur le fond, les propos sont quand même jugés assez brutaux par le syndicat Sud de l’hôpital qui s’est procuré la lettre. Vendredi dernier, il décide de la diffuser aux médias locaux et de la publier sur la page Facebook de Sud Santé Sociaux Loiret. La polémique commence alors à enfler sur les réseaux sociaux. Lundi, le sénateur socialiste du Loiret, Jean Pierre Sueur, adresse même un courrier au nouveau ministre de la Santé, François Braun, affirmant que  » des patients ont été choqués à la réception de ce courrier qui suscite de vives réactions ». Ce qui n’a pas pu arriver car la lettre, affirme le CHRO, n’a pas été distribuée aux patients. 

https://www.facebook.com/v10.0/plugins/post.php?app_id=&channel=https%3A%2F%2Fstaticxx.facebook.com%2Fx%2Fconnect%2Fxd_arbiter%2F%3Fversion%3D46%23cb%3Df149585b5f434be%26domain%3Dwww.francebleu.fr%26is_canvas%3Dfalse%26origin%3Dhttps%253A%252F%252Fwww.francebleu.fr%252Ffe45d4f9ee32ac%26relation%3Dparent.parent&container_width=382&href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fsudsantesociaux.loiret%2Fposts%2Fpfbid0mZZ3eSbytpJR97YpqFCnyKKJe9pMzsyECr3CrF9tF1M36i41k4XifVf2BnbdLrgDl&locale=fr_FR&sdk=joey&show_text=true

Au cœur du problème : plus de 200 lits actuellement fermés au CHRO 

Derrière cette polémique, il y a surtout un problème de fond auquel est confronté le CHRO. Actuellement, avec la pénurie de personnels, 220 lits sont fermés dans les différents services. Du coup, le service des urgences, qui accueille de nouveau 130 à 150 personnes par jour, a du mal à trouver des solutions en aval pour les patients. Certains passent actuellement deux à trois jours à attendre sur des brancards aux urgences. 

« Plus les patients restent aux urgences et plus leur état risque de se dégrader » insiste Claire Ceccaldi. « Dans la concertation, on essaie donc de trouver des solutions et s’il n’y a pas de lits au CHRO, alors on va proposer une solution dans un autre établissement ». C’est déjà ce qui se passe depuis le début de l’été à la maternité d’Orléans où des lits sont fermés faute de personnels. « On doit plus communiquer là-dessus aux urgences » confie pour sa part un médecin du service, « après, on ne va pas transférer des patients de force. On ne l’a jamais fait et on ne fera jamais. »

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s