Le groupe privé Almaviva Santé de Ris-Orangis, qui louait le plateau technique de radiothérapie à 4 oncologes, a décidé de mettre fin à leur contrat pour une histoire de gros sous pour certains, de mésentente entre eux pour d’autres.

« Ils mettent le bazar » : pourquoi l’unique centre de radiothérapie d’un département a décidé de se séparer de ses quatre médecins   

Par M.J. le 20-07-2022 

https://redir.ownpage.fr/newsletter/d8e2ce3233e6d006/eyJzIjoiNTE2ZjhiNWIiLCJhciI6IjYyZDdkOTYxMTM2NmYxMDAwN2ZkOGFkNCIsInUiOiI4YWE0ODMzMjAxYTQwOGU4YTVkNzc2YWMwYjg0NGJiYyIsInVyIjoiaHR0cHM6Ly93d3cuZWdvcmEuZnIvQXV0b0Nvbm5lY3QtTWVkT0s_U2l0ZUlEPTYxNzcxZjE4LTkxOGMtNDVlOC1iM2M3LTNhYjFjNmRkY2MxNiZlbmNyeXB0ZWRfaWQ9UElCV0pkaFluVCtRTGJ2cnFIQlEweHRqTko4dWlQRGJNSXFGNWVJODc5M1BmSVpLQ0JCTDNicEc3Zi9Cd1VtdDJwajZFYVpzRmUvNG9hNzFpK3lob3c9PSZSZXR1cm5Vcmw9aHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cuZWdvcmEuZnIlMkZhY3R1cy1wcm8lMkZjb25kaXRpb25zLWQtZXhlcmNpY2UlMkY3NTI2NS1pbHMtbWV0dGVudC1sZS1iYXphci1wb3VycXVvaS1sLXVuaXF1ZS1jZW50cmUtZGUtcmFkaW90aGVyYXBpZSUzRnV0bV9zb3VyY2UlM0Rvd25wYWdlJTI2dXRtX21lZGl1bSUzRGVtYWlsJTI2dXRtX2NhbXBhaWduJTNEMjAyMjA3MjQlMjZfb3BlJTNEZXlKbmRXbGtJam9pT0dGaE5EZ3pNekl3TVdFME1EaGxPR0UxWkRjM05tRmpNR0k0TkRSaVltTWlmUSUyNTNEJTI1M0QiLCJnIjoiMjE1MTk4IiwicCI6IjE4In0=

Quatre oncologues, exerçant dans le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis, le seul de l’Essonne, sont obligés de quitter les lieux et leurs patients. Le groupe privé Almaviva Santé, qui leur louait le plateau technique, a décidé de mettre fin à leur contrat au motif d’un “risque essentiel de sécurité”. 

Ils devront officiellement avoir quitté les lieux au 1er septembre. Quatre oncologues, exerçant dans le Centre de radiothérapie de Ris-Orangis (CRRO), le seul de l’Essonne, sont en effet poussés vers la sortie par le groupe privé Almaviva Santé, qui leur louait le plateau technique et a décidé de rompre le bail. Ce centre, réputé comme le plateau technique le plus gros de la région, accueille 2.200 patients par an.  “Quand nous avons repris ce centre de radiothérapie, il était menacé de fermeture. Le plateau technique était obsolète”, rappellent les praticiens au Parisien. 

Le début de leur brouille débute, selon eux, en 2020, lorsque l’un des praticiens de l’équipe relève que les bénéfices du centre dépassent leurs revenus, “ce qui est contraire au code de santé publique”. “On leur a fait remarquer. Ils n’ont pas apprécié, et voilà.” Du côté d’Almaviva Santé affirme qu’il y a eu “des tensions avec la direction qui a tenté d’insuffler un esprit d’équipe entre les quatre, sans y parvenir. Cette mésentente entre eux présentait un risque essentiel de sécurité, nous n’avons pas eu d’autres choix.” 

Sollicitée par les oncologues, l’ARS n’a jamais donné suite. Mais, dans les colonnes du Parisien, son directeur départemental assure que ce sont les médecins “qui ont mis le bazar ». “Cela n’était plus possible en termes de ressources humaines et d’organisation. Ils sont en conflit entre eux et ont fait vivre un enfer à Almaviva pour des histoires de gros sous. Ils ont mis la pression et pratiquent la politique de la terre brûlée.” 

Ces histoires “de gros sous”, les médecins les contestent. “Nous sommes contrôlés par l’ARS et par l’autorité de sûreté nucléaire”, promet l’un d’eux. Mais l’Assurance maladie, elle, évoque aussi des “irrégularités” et demande à ces derniers de rembourser certaines sommes perçues. “ Ils nous demandent de rembourser certaines sommes, nous les contestons, répondent les médecins. La nomenclature des actes en radiothérapie est totalement obsolète. Le syndicat national des radiothérapeutes oncologues a examiné notre dossier et va écrire à la CPAM pour nous défendre”, explique l’un des oncologues.

Des médecins généralistes privés de cabinet par la mairie mécontente de leur travail

Les anciens collègues et confrères de l’équipe médicale semblent prendre leur parti, regrettant le départ d’une équipe qui fonctionnait bien et soulignant leurs qualités professionnelles. Ils seront remplacés par quatre nouveaux médecins “pour assurer la continuité des soins”, promet le groupe privé. Ces nouveaux praticiens seront des médecins “itinérants”, rattachés à d’autres centres. 

En attendant leur arrivée, les quatre confrères ne peuvent plus prendre de nouveaux patients. Ces derniers peuvent se tourner vers Thiais (Val-de-Marne) ou à Férolles-Attilly et Jossigny (Seine-et-Marne) ou même Paris… à condition de faire beaucoup de route. 

[avec le Parisien]

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s