Suite des réactions à la nomination du Dr Braun: un hospitalier recevant des louanges des libéraux, c’est suspect – Les hospitaliers espèrent enfin être entendus

François Braun nouveau Ministre de la Santé et de la prévention : une nomination « lourde de sens », estime Avenir Spé

(Communiqué spécialistes hospitaliers libéraux)

04/07/2022

Émis par : Avenir Spé

La nomination de François Braun au poste de Ministre de la Santé et de la prévention à l’aune d’une période estivale marquée par une forte pression sur les services d’urgence et les soins non programmés est lourde de sens.

Un ministre « libéral compatible », nous l’espérons, car aujourd’hui les soignants, tous secteurs confondus, sont en grande difficulté et attendent beaucoup de ce nouveau gouvernement.

La mission flash que le ministre vient de porter sur les services d’urgence et les soins non programmés est un socle de propositions, certes, intéressantes mais avec peu de propositions nouvelles, et surtout, peu de réponses immédiates. Ces réponses doivent très vite être affinées et rediscutées avec tous les acteurs concernés si l’on souhaite une mise en place immédiate. Par ailleurs, Avenir Spé déplore, une nouvelle fois, la faible mention des médecins spécialistes dans ces mesures d’urgence. Il est essentiel d’associer dès maintenant les médecins spécialistes aux recommandations pour répondre aux défis de prise en charge des usagers.

Concernant les réponses à moyen et long terme, qui seront structurantes pour l’avenir de notre système de santé, Avenir spé appelle à une grande concertation, là encore rapidement, car actuellement la situation est délétère pour tous les acteurs mais aussi, et surtout, dramatique pour les malades.

Nous sommes conscients de la responsabilité populationnelle qui nous incombe et nous sommes prêts à nous investir dans la structuration de l’offre de soins de demain sur l’ensemble du territoire. Les propositions sont déjà là, pouvant être opérationnelles rapidement car le travail a été initié depuis de nombreux mois. Nous sommes notamment prêts à les travailler avec la nouvelle ministre déléguée, Mme Agnès Firmin Le Bodo, qui sera chargée plus spécifiquement de ce sujet.

L’accompagnement financier des établissements est une bonne nouvelle mais nous regrettons l’absence d’accompagnement pour les soignants libéraux et salariés dans les établissements privés. Cet accompagnement ne doit clairement pas servir à consolider les comptes des fonds d’investissements. La financiarisation de la santé ne peut que nous inquiéter et représente aujourd’hui un défi majeur.

Enfin, nous devons ensemble trouver les outils pour rendre à nouveau notre métier attractif et permettre aux jeunes soignants de revenir vers les métiers du soin et du prendre soin.

Patrick Gasser, président du syndicat Avenir Spé, résume ainsi « Vos défis sont nombreux et nos attentes sont importantes. Nous demandons, au travers d’une grande consultation nationale, les moyens et les axes pour construire un nouveau système de santé adapté à notre société d’aujourd’hui et de demain ».

Contact presse : Dr Patrick Gasser, président Avenir Spé

Nomination de François Braun : la CN URPS Médecins Libéraux se félicite « d’un choix équilibré et d’ouverture » (Communiqué)

Imprimer la listeRecherche

04/07/2022 http://uro4.mjt.lu/lnk/AMEAAM5L6FUAAcvUGwwAAADksiMAAAAFGcMAAFxuAAW0UABixCtSDS6C_tcCQiyOZ3Ia8MxBtQAFeLU/15/V2YV0ARhOlhPb-7lcPBxxw/aHR0cHM6Ly90b3V0ZS1sYS52ZWlsbGUtYWN0ZXVycy1zYW50ZS5mci8xOTUxNjMvZnJhbmNvaXMtYnJhdW4tbm91dmVhdS1taW5pc3RyZS1kZS1sYS1zYW50ZS1ldC1kZS1sYS1wcmV2ZW50aW9uLXVuZS1ub21pbmF0aW9uLWxvdXJkZS1kZS1zZW5zLWVzdGltZS1hdmVuaXItc3BlLWNvbW11bmlxdWUv

Émis par : CN des URPS ML

La Conférence nationale des URPS Médecins Libéraux se félicite de la nomination de François Braun, Président de Samu-Urgences, qui a dirigé la mission flash, laquelle vient de rendre des conclusions à la Première Ministre. Il s’agit d’un choix équilibré qui témoigne de la poursuite d’un dialogue ouvert et décloisonné avec toutes les parties prenantes du système de soins.  

Cette nomination témoigne de la volonté du Président de la République et du Gouvernement de prendre pleinement en compte les intérêts et les enjeux de l’hôpital comme de la médecine de ville, et de construire une réforme solide et durable du système de soins dans le cadre de la future concertation, laquelle prendra en compte les travaux et la méthode de la mission flash.

« Les attentes sont immenses, et François Braun est un excellent choix », souligne Antoine Leveneur, Président de la CN URPS-ML.

« Nous serons des partenaires du Gouvernement comme nous l’avons été dans le cadre de la mission flash. Nous espérons du reste que cette nomination permettra une prise en compte exhaustive et précise des propositions formulées dans le cadre de cette mission. Cela permettra sans doute de rassurer l’ensemble des libéraux qui ont été associés aux discussions de la mission et aux recommandations, et qui ont pu être inquiets ces dernières heures de la communication confuse de l’exécutif autour des conclusions de la mission. Nous serons en tout état de cause particulièrement exigeants et vigilants quant à l’écoute de toutes les parties prenantes et au respect des engagements pris. Nous nous tenons évidemment à la disposition du nouveau Ministre de la Santé et de la Prévention pour poursuivre les échanges et permettre une mise en place opérationnelle rapide », précise Antoine Leveneur.

NLire le communiqué de la Conférence nationale des URPS ML

La CSMF salue la nomination du Dr François Braun au Ministère de la Santé

(Communiqué des libéraux de la CSMF généralistes et spécialistes)

Imprimer la listeRecherche

04/07/2022 http://uro4.mjt.lu/lnk/AMEAAM5L6FUAAcvUGwwAAADksiMAAAAFGcMAAFxuAAW0UABixCtSDS6C_tcCQiyOZ3Ia8MxBtQAFeLU/21/d9Jw6tPVXIJAufhUDMS9-Q/aHR0cHM6Ly90b3V0ZS1sYS52ZWlsbGUtYWN0ZXVycy1zYW50ZS5mci8xOTUxNTQvbGEtY3NtZi1zYWx1ZS1sYS1ub21pbmF0aW9uLWR1LWRyLWZyYW5jb2lzLWJyYXVuLWF1LW1pbmlzdGVyZS1kZS1sYS1zYW50ZS1jb21tdW5pcXVlLw

Émis par : CSMF

La CSMF salue la nomination de François Braun en qualité de Ministre de la Santé et de la Prévention. Cette nomination témoigne d’une politique d’ouverture avec l’ensemble des parties prenantes de notre système de santé. Le Ministre François Braun porte des valeurs de confiance et de responsabilités, autrement dit des valeurs de droits et de devoirs énoncées par la CSMF au cours de ces derniers mois. Son sens de l’écoute a été salué lors de la récente mission flash.

Cette écoute et le pragmatisme de ce médecin de terrain seront nécessaires pour faire évoluer notre système de santé tant en matière d’accessibilité aux soins que dans le virage de la prévention et la prise en compte de la qualité de notre exercice. La CSMF salue également la nomination à la fonction de Ministre déléguée en charge de l’organisation territoriale et des professions de santé de Madame Agnès Firmin-Le Bodo.

La CSMF demande à François Braun des mesures concrètes pour que les conclusions de la mission flash trouvent une application immédiate, adaptée à chaque territoire. Cette demande concerne en particulier les astreintes des médecins généralistes en début de soirée et le samedi et les astreintes des autres médecins spécialistes exerçant en établissement.

La CSMF attend de notre Ministre une lettre de cadrage claire et ambitieuse pour négocier avec l’assurance maladie une convention médicale à la hauteur des enjeux de la nation en matière de santé.

Dr Franck Devulder – Président

La Confédération des Praticiens des Hôpitaux félicite et sollicite sans plus attendre le Ministre de la Santé et de la Prévention

(Communiqué des praticiens hospitaliers de la CPH membre de l’APH*)

Imprimer la listeRecherche

04/07/2022

Émis par : CPH

TwitterLinkedInFacebook

La Confédération des Praticiens des Hôpitaux, félicite le Docteur François Braun pour sa nomination au ministère de la santé et de la prévention. Cette nomination arrive dans un contexte de crise jamais vu à l’hôpital public.

Si l’actualité de la crise est essentiellement tournée vers les services d’urgence et leurs fermetures successives, mettant en danger la santé des patients, ce sont toutes nos spécialités médicales qui sont concernées.

Nous assistons au départ massif des praticiens, fatigués et surtout déçus par le Ségur de la Santé.

Le rapport de la mission flash portée par le nouveau ministre constitue un premier pas mais combien insuffisant, ce d’autant que certaines propositions n’ont pas été suivies.

Nous rappelons que l’enquête sur la permanence des soins portée par Action Praticien Hôpital et donc la CPH et qui a recueilli 7500 réponses de praticiens annonce le départ de 75% d’entre eux.

L’ouverture des travaux avec le nouveau ministre doit être immédiate.

Il est urgent de travailler sur les propositions d’attractivité présentées par la CPH avec Action Praticien Hôpital (APH) et restées sans réponse depuis bien trop longtemps !

  • Accession des PH nommés avant le 1er octobre 2020 à la même grille d’ancienneté (et donc la même grille salariale) que les PH nouvellement nommés.
  • Ouverture du chantier de la permanence des soins : revalorisation, prise en compte de la pénibilité et du temps de travail.
  • Réforme profonde de la gouvernance hospitalière.
  • Reprise du dialogue social, toutes spécialités médicales confondues

Nous sommes à la disposition immédiate du Ministre pour ouvrir ensemble et sans plus attendre les concertations sur ces mesures.

*Mission-flash sur les urgences et soins non programmés : « un nouveau ratage gouvernemental (prévisible !) », estime APH

(Communiqué Action Praticiens Hôpital)

Imprimer la listeRecherche

04/07/2022

Émis par : APH

https://aph-france.fr/IMG/pdf/cp_aph_20220704_mission_braun_nuits_blanches.pdf

Ce vendredi 1er juillet 2022, Action Praticiens Hôpital dévoilait à la presse les résultats complets de l’enquête « Nuits Blanches » sur la permanence médicale des soins à l’hôpital public :

75 % des praticiens hospitaliers risquent de quitter l’hôpital public dans les 5 ans à cause de la permanence des soins.

En parallèle, le rapport de la mission-flash sur les urgences était remis à la Première Ministre. Un rapport sans doute amoindri à la demande de la Première Ministre, puisque seules 41 des multiples propositions envisagées par la mission ont pu figurer dans le rapport.

L’exode des praticiens hospitaliers vers d’autres modes d’exercice est connu : 30 % de postes de praticiens hospitaliers vacants (plus de 40 % dans les spécialités à forte contrainte en permanence des soins), et 10 % des postes « occupés » ne le sont pas : ils appartiennent à des praticiens partis en disponibilité… le plus souvent pour un autre mode d’exercice. Pourtant, sans médecin, pas d’hôpital.

Le Président de la République a décidé de lancer une mission-flash alors que tant de propositions sont déjà sur son bureau. Il la centre sur les urgences quand c’est tout l’hôpital public qui est en grande souffrance, et tout le système de santé qui est à réorganiser. Il la prévoit sur l’été quand c’est une vision à long terme dont la santé a besoin, quand c’est de confiance dans leur avenir que les professionnels de santé ont besoin. Ne soyons pas étonnés que cette « mission flash » rate sa cible et soit mise en échec.

« En même temps », l’enquête « Nuits Blanches » dénonce la contrainte devenue insupportable de la permanence des soins à l’hôpital public, au point qu’elle fait fuir les praticiens qui ont pourtant choisi de servir un idéal de service public. Près de 85 % des «jeunes» (de 30 à 45 ans) envisagent sérieusement de quitter l’hôpital public dans les cinq ans ; leurs aînés leur emboîtent désormais le pas.

Ce sont les oubliés du Ségur. Ceux à qui on a refusé une évolution salariale, réservée aux futurs PH et aux PH en fin de carrière. Ceux à qui on a refusé de prendre des mesures pour adoucir la permanence des soins : reconnaissance de la 5ème demi-journée, juste décompte du temps de travail (le Conseil d’Etat a rappelé il y a quelques jours, dans le cadre du recours APH, que c’était une obligation des établissements), reconnaissance de la pénibilité, et valorisation financière des gardes et des astreintes. C’est pour les défendre qu’Action Praticiens Hôpital a refusé de signer les traîtres accords du Ségur.

Si rien ne change, nous allons nous installer dans une crise de santé publique majeure. L’offre de soins non programmés et ouverts à tous, à toutes les pathologies y compris les plus complexes et coûteuses, est en train de disparaître, faute de moyens humains. Il va y avoir, il y a certainement des morts évitables, des hospitalisations inutilement prolongées par un retard initial de prise en charge.

Les solutions existent, et il devient urgent de les appliquer.

(Les Français préfèreraient sans doute que leurs impôts aillent vers les services publics plutôt que vers d’inutiles audits privés aux coûts exorbitants…). Elles nécessitent que l’on prenne enfin soin des praticiens hospitaliers.

Elles nécessitent un courage politique pour mettre de l’argent public dans la santé. Les professionnels de santé de l’hôpital public ont été sacrifiés sur l’autel du « quoi qu’il en coûte », qui a effondré les finances publiques tout en laissant s’écrouler l’hôpital !

Action Praticiens Hôpital demandent des mesures d’attractivité et de fidélisation des praticiens hospitaliers :

–  Immédiates (un arrêté ministériel peut être pris en quelques heures) :

o La bonification de 4 ans d’ancienneté à tous les PH oubliés du Ségur, afin d’obtenir une seule et même grille d’ancienneté pour le corps des praticiens hospitaliers
o La majoration substantielle de la valorisation de la permanence des soins (plafond de l’astreinte à 400 euros bruts, indemnité de sujétion de garde à 600 euros bruts)

– A moyen terme

o Réelle démocratisation de la gouvernance hospitalière, du service jusqu’à la commission médicale de groupement hospitalier de territoire
o Ouverture du chantier de la permanence des soins, du temps de travail, de la pénibilité

–  Et enfin, une vision à long terme, condition indispensable pour redonner de la confiance aux professionnels de santé : définition de la place de l’hôpital public dans le système de santé, ouverture de chantiers pour mettre en œuvre les missions définies.

Si aucune mesure immédiate n’est prise pour les praticiens hospitaliers, il est très probable que l’hôpital fasse sa rentrée des classes dans la rue.

Faut-il en arriver là ?

aph-france.fr

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s