Francois Braun, urgentiste au CH de Metz, dont les propositions pour les urgences sont loin de faire l’unanimité dans les Hôpitaux*, est nommé ministre de la santé

Remaniement : le médecin urgentiste François Braun nommé ministre de la santé et de la prévention

Le président de Samu-Urgences de France remplace Brigitte Bourguignon, évincée en raison de sa défaite lors des élections législatives. 

Par Camille Stromboni

Publié aujourd’hui à 10h47, mis à jour à 13h46  

Temps de Lecture 2 min. https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/07/04/remaniement-le-medecin-urgentiste-francois-braun-nomme-ministre-de-la-sante-et-de-la-prevention_6133235_823448.html

Francois Braun, à Pontoise (Val-d’Oise), le 1er juillet 2022.
Francois Braun, à Pontoise (Val-d’Oise), le 1er juillet 2022.  GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Le nom ne faisait pas – ou plus – partie de ceux attendus au ministère de la santé. En pleine crise de l’hôpital, au premier rang dans les services des urgences, c’est finalement un urgentiste, François Braun, qui a été retenu pour prendre la suite de Brigitte Bourguignon.

L’éphémère ministre de la « santé et de la prévention » devait quitter ses fonctions, un mois et demi seulement après avoir été nommée, à la suite de sa défaite aux élections législatives dans le Pas-de-Calais. Un échec intervenu dans un contexte tendu : les alertes se multiplient depuis des mois dans la communauté médicale, à propos d’un été à venir particulièrement délicat dans les établissements hospitaliers, faute d’effectifs suffisants.

Le choix pour cette mission qui s’annonce difficile s’est donc arrêté sur un profil de la « société civile », un hospitalier, et non un politique. François Braun avait, en fin de semaine dernière, rendu les conclusions d’une « mission flash » qui lui avait été confiée par Emmanuel Macron, justement, pour résoudre les maux estivaux de l’hôpital. Elisabeth Borne venait de faire siennes ses quarante et une propositions. Il va pouvoir les appliquer lui-même.

Il pourra compter sur l’appui d’Agnès Firmin le Bodo, qui a été nommée ministre déléguée, en charge de « l’organisation territoriale et des professions de santé ». La pharmacienne de profession de 53 ans, députée de la 7e circonscription de la Seine-Maritime et membre d’Horizons, a été élue le 30 juin présidente de la commission des affaires culturelles et de l’éducation à l’Assemblée nationale.

Améliorer l’orientation des patients

François Braun est loin d’être un inconnu dans le milieu médical, de même que sur la scène publique : référent « santé » d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, aux manettes de la préparation du programme du candidat sur ces questions, le patron du SAMU de Moselle et chef du pôle urgences au centre hospitalier régional de Metz-Thionville, 59 ans, est également le président de Samu-Urgences de France.

Lire aussi : Crise aux urgences : des fermetures, des grèves et le regret du « temps perdu »

Dans ses quarante et une propositions, François Braun a proposé plusieurs pistes ayant vocation à permettre aux hôpitaux de tenir l’été, couvrant la médecine de ville jusqu’à l’hôpital. Outre les fermetures de lits, qui touchent tous les étages des hôpitaux, faute de soignants, après deux ans de crise due au Covid-19 et des années de restrictions budgétaires, de nombreux services des urgences se retrouvent déjà obligés de réduire la voilure, en fermant la nuit, le week-end ou en diminuant le nombre de médecins de garde. Ainsi, cent vingt services étaient en grande difficulté, dès le 20 mai, selon une enquête de Samu-Urgences de France.

Parmi les mesures préconisées figure l’amélioration de l’orientation et de l’information des patients, en incitant la population à appeler le SAMU en cas de problème plutôt qu’à se rendre dans les services des urgences. Un fonctionnement déjà éprouvé, de manière systématique la nuit, ces dernières semaines dans certains hôpitaux, comme le CHU de Bordeaux-Pellegrin, faute de personnel suffisant.

« Boîte à outils »

Cette solution, défendue par Samu-Urgences de France et par la mission « flash » provoque déjà un vif débat dans la communauté médicale : l’Association des médecins urgentistes de France, notamment, s’y oppose en dénonçant une « rupture de service public qui va mettre la population en danger ».

Un autre volet des mesures du rapport « Braun » vise la médecine libérale, notamment pour inciter les médecins à la prise en charge de malades qui ne sont pas dans leur patientèle, avec une majoration de 15 euros des consultations pour des patients envoyés par le 15 ou par le « service d’accès aux soins » (SAS).

Lire aussi :  Comment les cabinets de conseil se sont installés à l’hôpital

Le médecin est connu comme l’un des fondateurs du concept et des fervents défenseurs du SAS, un dispositif expérimenté dans plusieurs hôpitaux, dont le sien, visant à mieux associer la médecine générale et les SAMU, afin de répondre à la demande et de limiter l’engorgement des urgences. Il fait partie des mesures du « Pacte de refondation des urgences » de 2019 lancé par Agnès Buzyn, quand elle était ministre de la santé, issu du rapport du député Thomas Mesnier et du chef du SAMU de Paris, Pierre Carli.

Pour François Braun, l’heure est donc venue de passer des propositions à la mise en musique de cette « boîte à outils » qu’il préconise en grande partie de longue date, afin de tenter de surmonter la crise des urgences et de l’hôpital.

La composition du deuxième gouvernement d’Elisabeth Borne

  • Première ministre : Elisabeth Borne

Trois ministres délégués sont nommés auprès de la première ministre. Olivier Véran change de portefeuille et devient ministre délégué chargé du renouveau démocratique ainsi que porte-parole du gouvernement. Franck Riester devient ministre délégué chargé des relations avec le Parlement tandis qu’Isabelle Rome conserve le portefeuille de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.

Charlotte Caubel, magistrate, devient, elle, secrétaire d’Etat chargée de l’enfance, Hervé Berville (Renaissance), député, est chargé de la mer et Marlène Schiappafait son retour au gouvernement en tant que secrétaire d’Etat chargée de l’économie sociale et solidaire et de la vie associative.

  • Ministère de l’économie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique Bruno Le Maire reste ministre

Quatre ministres délégués sont nommés à ses côtés : Gabriel Attal reste chargé des comptes publics, Roland Lescure, ancien président de la commission des affaires économiques à l’Assemblée, prend le portefeuille de l’industrie, Jean-Noël Barrot (MoDem), député des Yvelines, celui de la transition numérique, tandis qu’Olivia Grégoire passe ministre déléguée aux PME, à l’artisanat, au commerce et au tourisme.

  • Ministère de l’intérieur, désormais étendu aux outre-mer : Gérald Darmanin reste ministre

Jean-François Carenco, haut fonctionnaire, devient ministre délégué chargé des outre-mer, Caroline Cayeux (Les Républicains), maire de Beauvais, devient ministre déléguée chargée des collectivités territoriales (également auprès du ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires), et Sonia Backès, présidente de la province sud de Nouvelle-Calédonie, devient secrétaire d’Etat chargée de la citoyenneté.

  • Ministère de l’Europe et des affaires étrangères : Catherine Colonna reste ministre

Olivier Becht (Renaissance), député, est nommé ministre délégué chargé du commerce extérieur, de l’attractivité et des Français de l’étranger, Laurence Boone, cheffe économiste à l’OCDE, devient secrétaire d’Etat chargée de l’Europe et Chrysoula Zacharopoulou reste secrétaire d’Etat chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux.

  • Ministère de la justice : Eric Dupond-Moretti reste garde des sceaux
  • Ministère des armées : Sébastien Lecornu reste ministre

Patricia Mirallès, députée Renaissance, est nommée secrétaire d’Etat chargée des anciens combattants et de la mémoire

  • Ministère du travail, du plein-emploi et de l’insertion : Olivier Dussoptreste ministre

Carole Grandjean, députée Renaissance, entre au gouvernement comme ministre déléguée chargée de l’enseignement et de la formation professionnels (également auprès du ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse).

  • Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse : Pap Ndiaye reste ministre

Outre la ministre déléguée Patricia MirallèsSarah El Haïry fait son retour au gouvernement comme secrétaire d’Etat chargée de la jeunesse et du service national universel.

  • Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche : Sylvie Retailleau reste ministre
  • Ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire : Marc Fesneau reste ministre
  • Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires : Christophe Béchu devient ministre

Outre Caroline Cayeux, nommée ministre déléguée, Clément Beaune change de portefeuille et devient ministre délégué chargé des transports tandis qu’Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, entre au gouvernement comme ministre délégué chargé de la ville et du logement. Bérangère Couillard, députée Renaissance, devient secrétaire d’Etat chargée de l’écologie et Dominique Faure, elle aussi députée Renaissance, est nommée secrétaire d’Etat chargée de la ruralité.

Agnès Firmin-Le Bodo, députée et présidente de la commission des affaires culturelles à l’Assemblée nationale, devient ministre déléguée chargée de l’organisation territoriale et des professions de santé.

  • Ministère des solidarités, de l’autonomie et des personnes handicapées : Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge, devient ministre

Geneviève Darrieussecq, députée MoDem, entre au gouvernement et devient ministre déléguée chargée des personnes handicapées.

  • Ministère de la transformation et de la fonction publiques : Stanislas Guerini reste ministre
  • Ministère des sports et des Jeux olympiques et paralympiques : Amélie Oudéa-Castéra reste ministre

Camille Strom

François Braun, un nouveau ministre de la Santé au remède très libéral

Portrait

Par Célia Cuordifede

Publié le 04/07/2022 à 11:00

Le patron du premier syndicat d’urgentistes de France remplace Brigitte Bourguignon au ministère de la Santé. Il va donc pouvoir appliquer ses propres solutions à la crise qui secoue l’hôpital, après avoir délivré les préconisations d’une mission flash dont il était en charge. Sa vision libérale de l’hôpital compte des adeptes mais aussi de nombreux détracteurs.

Ce portrait a été publié le 26 juin et réactualisé ce 4 juillet 2022. https://redir.ownpage.fr/newsletter/6fcbf17a98be422f/eyJzIjoiODkwMWVkNmUiLCJhciI6Im1hbnVhbF8zIiwidSI6IjhhYTQ4MzMyMDFhNDA4ZThhNWQ3NzZhYzBiODQ0YmJjIiwidXIiOiJodHRwczovL3d3dy5tYXJpYW5uZS5uZXQvc29jaWV0ZS9zYW50ZS9jcmlzZS1kZS1saG9waXRhbC1mcmFuY29pcy1icmF1bi1sZS1jb25zZWlsbGVyLXNhbnRlLWRlLW1hY3Jvbi1hdS1yZW1lZGUtdHJlcy1saWJlcmFsP3V0bV9zb3VyY2U9bmxfcXVvdGlkaWVubmUmdXRtX21lZGl1bT1lbWFpbCZ1dG1fY2FtcGFpZ249MjAyMjA3MDQmeHRvcj1FUFItMSZfb3BlPWV5Sm5kV2xrSWpvaU9HRmhORGd6TXpJd01XRTBNRGhsT0dFMVpEYzNObUZqTUdJNE5EUmlZbU1pZlElM0QlM0QiLCJnIjoiMjExNjY3IiwicCI6IjE0In0=

Faute de soignants et de lits, l’hôpital est submergé. Et les urgences, porte d’entrée des patients dans les services, n’échappent pas au naufrage. Parmi les 620 services que compte le pays, au moins 120 ont fermé partiellement. Le mal touche toutes les régions, les petits centres hospitaliers comme les gros. En réponse, le président Emmanuel Macron a annoncé fin mai la mise en place d’une « mission flash », censée durer un mois, pour faire « un bilan des difficultés rencontrées par les services d’urgences » et pour « dès cet été apporter des réponses très fortes pour consolider nos urgences dans cette période ».

Une mission confiée à François Braun, président du syndicat Samu-Urgences de France et chef de pôle du service des urgences du CHR (Centre hospitalier régional) de Metz-Thionville (Moselle). « Le traitement est dans sa grande globalité connu disait-il devant le Sénat le 7 juin dernier. L’objectif est de rédiger l’ordonnance et de s’assurer que les médicaments sont bien donnés. »

Néanmoins, sa nomination n’a pas fait pas l’unanimité dans le monde hospitalier, tant sa vision de l’hôpital, plutôt libérale, est décriée tandis que son service dans l’est de la France dysfonctionne. Certains médecins contactés par Marianne vont même jusqu’à qualifier sa nomination de « dramatique ». Nommé ce 4 juillet à la tête du ministère de la Santé, François Braun doit donc s’attendre à trouver des obstacles sur sa route.

À LIRE AUSSI : « La France a besoin d’un grand plan Santé »

Depuis le CHR de Metz-Thionville, Patricia Schneider, la représentante du syndicat Sud-Santé-Sociaux, le dit sans ambages : « Les urgences ici sont en piteux état. Je vois mal comment il va gérer des solutions à l’échelle nationale alors qu’au niveau local, il ne s’en sort pas. » Chef du pôle urgences depuis le début des années 2010, François Braun est décrit par ses collègues comme quelqu’un d’absent, « occupé par les affaires nationales ».

Publié le 04/07/2022

François Braun : du no bed challenge à l’Avenue de Ségur

Paris, le lundi 4 juillet 2022

https://hubtr.newsletter.jim.fr/clic132/6849/1244477/4?k=8bab0b2f8ddfefe33f1995b118148433

– La nouvelle composition du gouvernement a été dévoilée ce matin : le Dr François Braun, patron du syndicat SAMU Urgences de France et chef du service des urgences du centre hospitalier régional (CHR) de Metz devient le nouveau ministre de la santé.

Un lent rapprochement avec le Président de la République

Il s’était fait connaître en 2018 avec le No bed challenge qui consistait à répertorier le nombre de patients qui avaient dû passer la nuit sur un brancard dans un service d’urgences, faute d’un lit d’aval disponible. Tout au long du quinquennat le Dr François Braun se sera rapproché du Président de la République, jusqu’à animer son équipe santé pendant la campagne présidentielle.

Il est ainsi l’un des inspirateurs du SAS (Service d’accès aux soins), l’une des réformes importantes d’Agnès Buzyn au moment de la crise des urgences (déjà) de 2018-2019 mais dont le déploiement a été ralenti par la crise Covid.

L’histoire s’est accélérée ces dernières semaines.

Chargé par le Président d’une « mission flash » sur les urgences, il a remis vendredi son rapport à la première ministre, qui a validé les quarante et une propositions qu’il déclinait. 

Parmi les mesures phares avancées par cette mission : filtrer (cet été dans un premier temps) l’entrée des urgences par une régulation médicale en amont. Une idée déjà largement contestée par des ténors des urgences comme Christophe Prud’homme et Patrick Pelloux…

Le Dr Braun a aussi bénéficié de l’avarie inattendue subite par Brigitte Bourguignon qui a perdu les élections législatives dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais en accusant un retard de 56 voix par rapport à la candidate du Rassemblement National Christine Engrand.

Il ne restait alors plus beaucoup de ministrables pour la santé : Stéphanie Rist, Thomas Mesnier, Philippe Juvin ou encore Nicolas Revel. Mais la première a choisi la présidence de la puissante commission des affaires sociales et le dernier devrait remplacer Martin Hirsch à l’AP-HP. Thomas Mesnier, lui, a peut-être été jugé trop clivant par l’exécutif.  Quant à Philippe Juvin, un accord avec les LR ne semble pas avoir abouti. 

La relative inexpérience politique de François Braun n’a donc pas joué contre lui. Il sera en outre épaulé par des personnalités davantage expérimentées dans ce domaine. Agnès Firmin Le Bodo, pharmacienne de formation et députée depuis 2017 est ainsi nommée ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des professions de santé. Damien Abad, non renouvelé en raison des accusations dont il fait l’objet, est remplacé par deux personnalités : le Dr Geneviève Darrieussecq, ancienne ministre des anciens combattants qui devient ministre déléguée chargée des personnes âgées et Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix Rouge qui est promu ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées.

Le retour du tiers-payant ?

Avec le Dr Braun, c’est peut-être le tiers payant généralisé qui fait son grand retour. Ainsi, pendant la campagne, il avait été chargé de faire fructifier cette idée du président candidat.

Mais peut-être s’agissait-il alors de séduire les électeurs qui avaient voté Jean-Luc Mélenchon au premier tour.

Il y a quelques semaines, sur France Bleu il expliquait vouloir rester un homme libre : « J’ai trouvé le projet intéressant. Il y a déjà des choses qui ont été faites, donc c’est un peu dans la continuité. Même si je ne suis pas forcément d’accord avec tout ce qui a été fait (…) Mon engagement n’est pas une validation de ce qui s’est passé. Si cela ne va pas dans le bon sens, je partirai » prévenait-il ainsi…au risque de devenir lui aussi un ministre éphémère.

F.H.

Le Dr François Braun nommé ministre de la Santé   

Par Marion Jort le 04-07-2022

 https://tracker.egora.fr/u/nrd.php?p=XYBlorZBtz_9139_3923697_1_3&ems_l=3899354&i=1&d=cXRrd0JVTHAwdHU2MjBnMCUyRlFEY3ZBa0JwMzFiZ3ZPdXZvZXJUcnhYcmxEY2g2eXFOTnlxUFYwZ3NMS2tTemJSeG4xV3d0WWRNMTBhczliSjFxSGd1USUzRCUzRA%3D%3D%7CQWxlcnRlKzIwMjItMDctMDQrMDklM0ExOA%3D%3D%7CMjAyMg%3D%3D%7CMDc%3D%7CMDQ%3D%7CMTMzMDE1NjQy%7CWFlCbG9yWkJ0eg%3D%3D%7CNWQ0NjNjMjI2MDFiYzA0MDE%3D%7C&_esuh=_11_08931de59c61aea75fbafbed71d573eda1c279297860a81763ec8d8e35e4f333

Le Dr François Braun a été nommé ministre de la Santé et de la Prévention en remplacement de Brigitte Bourguignon, battue aux élections législatives le mois dernier.  

Il a rendu les conclusions de la “mission flash” urgences la semaine dernière et le voilà ministre. Le Dr François Braun, patron de Samu-Urgences de France, a été nommé ce lundi 4 juillet ministre de la Santé et de la Prévention du gouvernement Borne II. Il remplace Brigitte Bourguignon, qui était annoncée partante depuis sa défaite aux législatives dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais. 

Alors qu’Emmanuel Macron et Elisabeth Borne entendent créer un “gouvernement d’action”, Damien Abad et ne fera pas partie de la nouvelle équipe. L’ex ministre des Solidarités et des Personnes handicapées fait l’objet d’une plainte pour tentative de viol pour des faits qui remontent à 2010. Il est remplacé par Jean-Christophe Combe, patron de la Croix Rouge française. Geneviève Darrieussecq, est, elle, nommée ministre délégué chargée des Personnes handicapées.

Proche d’Edouard Philippe, Agnès Firmin Le Bodo, pharmacienne de profession, est nommée ministre déléguée à l’organisation territoriale et aux professions de santé. Députée, elle a siégé durant les cinq dernières années à la commission des Affaires sociales et s’est investie sur le projet de loi de bioéthique et la PMA pour toutes. Elle présidait la commission spéciale dédiée à ce texte.

Battue aux législatives, Brigitte Bourguignon aura été l’une des ministres de la Santé les plus éphémères de la 5e République

Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’Etat de la Francophonie et des Partenariats internationaux et gynécologue de profession, qui est également visée par trois plaintes pour viol dans le cadre de consultations, est maintenue à son poste. 

De son côté, Olivier Véran a été nommé porte-parole du Gouvernement, « chargé du renouveau démocratique », à la place d’Olivia Grégoire.  

Un premier conseil des ministres doit se tenir à 16 heures à l’Elysée.

La nomination de François Braun au ministère de la Santé, « une bonne nouvelle pour les médecins libéraux »

Par Aveline Marques le 04-07-2022

https://tracker.egora.fr/u/nrd.php?p=XYBlorZBtz_120_3924040_1_23&ems_l=3899591&i=1&d=U29tTGtFckFtY2NOOFlqMG9KaFQ4cUNvRENjTElPZEdkOHlSUTVJdXpOclE1b3F0eWt2ZDdjSW9JeXd6VVQ3dTY2VDlDUjNvYWtiUVp4ZlFDekhtV1ElM0QlM0Q%3D%7CQStsYSt1bmUrMjAyMi0wNy0wNSs2aA%3D%3D%7CMjAyMg%3D%3D%7CMDc%3D%7CMDU%3D%7CMTMzMDMyNjgx%7CWFlCbG9yWkJ0eg%3D%3D%7CNWQ0NjNjMjI2MDFiYzA0MDE%3D%7C&_esuh=_11_aa4b284f2425a66712a9e96be81ecbc5f066007274e27521e47d7db5de8a47af

Nommé ministre de la Santé et de la Prévention ce lundi 4 juillet, en remplacement de Brigitte Bourguignon, l’urgentiste François Braun a reçu un très bon accueil. De nombreuses voix ont salué son sens du dialogue et sa compréhension des problèmes du système de santé, au-delà des murs de l’hôpital.

« La nomination d’un médecin qui comprend le rôle de la médecine de ville dans le système de santé en tant que ministre de la Santé et de la Prévention est une bonne nouvelle pour les médecins libéraux », a salué le SML dans un communiqué diffusé ce lundi matin. Le Syndicat des médecins libéraux souligne la « qualité » des échanges qu’il a eus avec le Dr François Braun lors des travaux de la mission « flash » sur les urgences. Mission dont les 41 recommandations accordent une place importante au secteur libéral, relève le syndicat. « Le nouveau locataire de Ségur a compris que la crise du système de santé ne se résoudra pas sans les libéraux. »

Même accueil favorable de la FMF, qui approuve la nomination du « patron du Samu pour réanimer le système de santé ». « La mission flash est déjà une bonne prescription, juge le syndicat, à condition qu’elle puisse être appliquée et ce bien au-delà de cet été et des urgences. Mais cela doit vite aboutir en laissant les médecins dans leur lieu d’exercice et en leur donnant les moyens de gagner du temps médical et d’avoir du personnel. »

Interrogée par Le Parisien, la Dre Agnès Giannotti, présidente de MG France, a évoqué de « bons échanges » avec François Braun. « Bien que sa tasse de thé soit l’hôpital, il a été très à l’écoute des problèmes des soins primaires. Il semble ouvert à la réflexion », a-t-elle reconnu.

« Nous sommes prêts à mettre les moyens » : le représentant santé de Macron nous dévoile son plan pour la médecine de ville

L’UFML se montre plus réservé. « À force de diagnostic et de décisions thérapeutiques prises par des faux docteurs, il est temps de libérer le ministère de la Santé de la tutelle omniprésente de Bercy et de celle des fonctionnaires hors-sol de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS). Il est temps de médicaliser la politique sanitaire ! François Braun devra être ce ministre-là : un médecin pour la médecine », met en garde le syndicat du Dr Marty.

Le président de la Fédération hospitalière de France, Frédéric Valletoux, a, pour sa part, salué sur Twitter un « fin connaisseur de l’hôpital« , « à l’écoute et volontariste ». Le député a également accueilli favorablement la nomination d’une ministre déléguée à l’Organisation territoriale et aux Professionnels de santé, en la personne d’Agnès Firmin Le Bodo, pharmacienne de profession. C’est « la promesse d’une réforme de la santé qui privilégiera l’approche par les territoires« , escompte-t-il.

Son homologue de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP) s’est réjoui de la nomination d’un homme « attaché à la coopération de tous les acteurs de santé au service des citoyens, indépendamment de leur statut »« Je suis certain qu’il saura réunir les différents acteurs que nous sommes à égalité de droits comme de responsabilités au sein d’un véritable service public de santé capable de mener les réformes nécessaires », a déclaré Lamine Gharbi, qui estime également que les recommandations de la mission flash « vont dans le bon sens« .

Enfin, la Conférence nationale des URPS médecins libéraux se félicite de la nomination de François Braun. « Les attentes sont immenses, et François Braun est un excellent choix, a souligné le Dr Antoine Leveneur, président de la CN-URPS et membre de la mission flash sur les urgences. Nous serons des partenaires du Gouvernement comme nous l’avons été dans le cadre de la mission flash. Nous espérons du reste que cette nomination permettra une prise en compte exhaustive et précise des propositions formulées dans le cadre de cette mission. Cela permettra sans doute de rassurer l’ensemble des libéraux qui ont été associés aux discussions de la mission et aux recommandations, et qui ont pu être inquiets ces dernières heures de la communication confuse de l’exécutif autour des conclusions de la mission. »

« François Braun est assez affuté sur les problématiques de la médecine libérale »

Par Aveline Marques le 06-07-2022

https://redir.ownpage.fr/newsletter/d8e2ce3233e6d006/eyJzIjoiYWU3NzM5ZDQiLCJhciI6IjYyYzU1NjUxZDkxZjc2MDAwODk2MzFiZSIsInUiOiI4YWE0ODMzMjAxYTQwOGU4YTVkNzc2YWMwYjg0NGJiYyIsInVyIjoiaHR0cHM6Ly93d3cuZWdvcmEuZnIvQXV0b0Nvbm5lY3QtTWVkT0s_U2l0ZUlEPTYxNzcxZjE4LTkxOGMtNDVlOC1iM2M3LTNhYjFjNmRkY2MxNiZlbmNyeXB0ZWRfaWQ9ZWRZODBxSTVNRGhQRkVYRi9VQ1VnYSt1eVNUcENnOUhrVkFkTWcwNXRZU1M2QkNTS0wxUmxNODVkcFQ4NVRFZkJDMmt3b1BJbXRQOUFyMHMyNjFNUGc9PSZSZXR1cm5Vcmw9aHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cuZWdvcmEuZnIlMkZhY3R1cy1wcm8lMkZwb2xpdGlxdWUtZGUtc2FudGUlMkY3NTA0OC1mcmFuY29pcy1icmF1bi1lc3QtYXNzZXotYWZmdXRlLXN1ci1sZXMtcHJvYmxlbWF0aXF1ZXMtZGUtbGElM0Z1dG1fc291cmNlJTNEb3ducGFnZSUyNnV0bV9tZWRpdW0lM0RlbWFpbCUyNnV0bV9jYW1wYWlnbiUzRDIwMjIwNzEwJTI2X29wZSUzRGV5Sm5kV2xrSWpvaU9HRmhORGd6TXpJd01XRTBNRGhsT0dFMVpEYzNObUZqTUdJNE5EUmlZbU1pZlElMjUzRCUyNTNEIiwiZyI6IjIxMjcwNiIsInAiOiI2In0=

Président de la Conférence nationale des URPS médecins libéraux, le Dr Antoine Leveneur salue la nomination au ministère de la Santé de François Braun, avec qui il a travaillé en bonne intelligence au sein de la mission « flash » sur les urgences. Le généraliste normand presse désormais les pouvoirs publics à agir vite.

Egora.fr : La nomination de François Braun au ministère de la Santé a été favorablement accueillie par les syndicats de médecins libéraux. En quoi est-ce une bonne nouvelle pour ces derniers ?

Dr Antoine Leveneur : En comparaison, l’accueil de l’hôpital et des urgences a été plus mitigé… François Braun avait déjà rencontré certains dirigeants syndicaux durant la campagne électorale et ça avait plutôt bien marché. Et les 41 mesures de la mission flash sur les urgences témoignent d’une écoute de la médecine libérale : toutes les mesures demandées (majoration de 15 euros pour les actes de soins non programmés, défiscalisation de la régulation en journée, statut de collaborateur de service public…) ont été actées. Pour un urgentiste du public, cela témoigne d’une certaine ouverture d’esprit.

Moi je ne suis pas surpris, je trouve que c’est un type assez super qui non seulement connait les urgences et l’hôpital mais qui est aussi assez affuté sur les problématiques de la médecine libérale. Il était très demandeur d’explications. Il a fallu expliquer, il a fallu argumenter, mais on n’a pas eu de points de discorde dans l’écriture des mesures concernant la médecine libérale.

Et que pensez-vous de la nomination d’une ministre déléguée à l’Organisation territoriale et aux Professionnels de santé ?

La nomination d’Agnès Firmin Le Bodo un peu une surprise… Ses portefeuilles correspondent aux missions des URPS médecins ; de fait, c’est elle qui risque d’être notre ministre. Elle reste une inconnue pour les professionnels de santé libéraux.

Qui est Agnès Firmin Le Bodo, la nouvelle ministre déléguée aux Professions de santé ?

Dans un communiqué diffusé lundi 4 juillet, la Conférence nationale des URPS médecins libéraux pointe les inquiétudes générées par les annonces succinctes de la Première ministre sur les urgences, vendredi. Va-t-il oui ou non y avoir une régulation systématique de l’accès aux urgences ?

Le dossier de presse qui a suivi a généré une grosse confusion. Il a été rédigé à l’arrache, avant le week-end. La nomination de François Braun comme ministre de la Santé signifie que les 41 mesures vont être appliquées. En tout cas, c’est comme ça qu’on le comprend.

Le problème c’est que l’été avance et que l’on attend encore le mode d’emploi réglementaire et financier qui rendra ces mesures opérationnelles… Je suis très surpris que tout cela ne soit pas déjà à la disposition de tous les acteurs. Il faut qu’on se mette en ordre de marche. Il y a urgence!

*Voir les réactions des anesthésistes, des urgentistes les Dr Pelloux et Prudhomme:

https://environnementsantepolitique.fr/2022/07/04/mission-flash-sur-les-urgences-suite-des-reactions-les-liberaux-satisfaits-tres-insuffisant-pour-les-hospitaliers/

https://environnementsantepolitique.fr/2022/07/01/elisabeth-born-retient-les-41-mesures-de-la-mission-flash-du-docteur-francois-braun-aucune-ne-solutionne-la-faillite-de-la-garde-liberale-des-soins-de-proximite-et-le-manque-de-lits-hospitaliers/

https://environnementsantepolitique.fr/2022/06/30/la-fin-du-service-public-hospitalier-ouvert-24h-24/

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s