Chartres: près d’un habitant sur trois se retrouve désormais dépourvu de médecin traitant.

Publié le 19/01/2023

Chartres veut soutenir l’installation de médecins sur son territoire

Chartres, 18 janvier 2023

https://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/chartres_veut_soutenir_linstallation_de_medecins_sur_son_territoire_195788/document_actu_pro.phtml

— Chartres et sa métropole font face à un manque important de médecins traitants et de professionnels de santé. La collectivité a publié un rapport dans lequel elle expose plusieurs mesures pour soutenir l’installation de nouveaux praticiens.

La métropole de Chartres vient de publier un document faisant état d’un manque inquiétant de professionnels de santé. Avec 18 départs à la retraite en 2022 et seulement 2 nouvelles installations la même année, près d’un habitant sur trois se retrouve désormais dépourvu de médecin traitant.

Pour répondre à cette difficulté, la collectivité a proposé une série de mesures pour renforcer l’attractivité de son territoire et essayer d’attirer de nouveaux praticiens.

« Résoudre le problème à l’échelle de l’agglomération »

La métropole souhaite tout d’abord demander à l’État de réviser l’arrêté du 13 janvier 2022 relatif à la détermination des zones caractérisées par une offre insuffisante ou par des difficultés dans l’accès aux soins concernant la profession de médecin. Effectivement, la majorité des communes de l’agglomération est classée en zone d’action complémentaire (ZAC), alors que le reste du département fait partie d’une zone d’intervention prioritaire (ZIP).

La conséquence paradoxale de ce classement est que la majorité des praticiens qui s’installent dans le département vont à la campagne, alors que l’agglomération compte plus d’habitants sans médecin traitant que les territoires ruraux. La métropole de Chartres souhaiterait donc que la totalité du département d’Eure-et-Loir soit classée en ZIP.

Par ailleurs, la collectivité souhaite rédiger une charte de non-concurrence signée par les communes de l’agglomération et mettre en place une instance de concertation afin d’aboutir à un maillage cohérent du territoire. « Attirer le généraliste ou le spécialiste de la commune voisine par des aides ou des réductions de loyer ne résout pas le problème de la pénurie de médecins à l’échelle de l’agglomération », explique Dominique Soulet, conseiller délégué de Chartres métropole en charge des relations avec les établissements de santé.

Soutenir la formation des professionnels de santé

La collectivité aimerait définir et accompagner les offres de formation d’enseignement supérieur locales, notamment celles de l’Institut de Formation en Santé de Chartres. Le président de la métropole, Jean-Pierre Gorges, s’est ainsi positionné pour la création de résidences étudiantes afin de permettre à des carabins de venir en stage sur le territoire ou d’effectuer des remplacements. L’idée sous-jacente est de favoriser la venue d’étudiants pour susciter leur intérêt pour l’agglomération et favoriser de futures installations.

Enfin, la métropole de Chartres voudrait que le département d’Eure-et-Loir devienne un territoire d’expérimentation. Une lettre d’intention a été envoyée en ce sens à l’Agence régionale de santé du Centre-Val de Loire début janvier 2023. « L’idée est de solliciter l’État pour que notre département devienne un territoire d’expérimentation visant à redonner du temps médical aux praticiens, et qu’ils puissent accueillir davantage de patients dans de meilleures conditions », indique Jean-Pierre Gorges.

Ces quatre propositions ont été détaillées dans un courrier adressé au ministre de la Santé le 10 janvier dernier. Pour le président de la métropole, « il y a urgence à agir pour éviter une nouvelle dégradation de la santéen Eure-et-Loir. […] Nous souhaitons être reçus rapidement pour trouver des solutions concrètes », a-t-il ajouté.

Raphaël Lichten

Commentaires Dr Jean SCHEFFER:

Cela suffit de lire tous les jours que telle ville, telle agglomération, tel département, tel hôpital, cherchent des médecins.

Que diable unissez-vous et réclamez ensemble, un « Clinicat Assistanat pour Tous », obligatoire de 3 ans tant pour les futurs généralistes que futurs spécialistes.

Le manque des médecins est partout, dans toutes les disciplines, dans toutes les formes d’activité, salariées et libérales. Il s’agit donc à mon sens de voir l’ensemble des problèmes et de les solutionner en même temps, ce qui est possible.

La solution c’est un « Clinicat-Assistanat pour tous », en fin d’internat, obligatoire pour tous les futurs généralistes et les futurs spécialistes, d’une durée de 3 ans. L’activité serait partagée entre divers établissements, à l’image des assistants partagés actuels entre hôpitaux Généraux (CHG) et CHU. Les chefs de clinique-Assistants auraient leur activité entre CHU et CHG pour les futurs spécialistes; entre CHG-CHU et PMI, CMP, santé publique, santé scolaire, médecine pénitentiaire, médecine du travail, EHPAD… ; entre CHG et centres de santé et maisons de santé… Il s’agit donc par un seul et même dispositif de solutionner en quelques années l’ensemble des manques criants et urgents de médecins dans tous les domaines, dans toutes spécialités, sans pénaliser une catégorie, les futurs généralistes par exemple, ou les étudiants en médecine peu fortunés, obligés de s’installer dans un désert pour se payer leurs études.  Cela évitera de plus le dumping entre villes, entre départements pour recruter ou débaucher, les jeunes en fin d’internat, ou ceux déjà installés et répondant à une offre plus alléchante. Il faudra définir par région, département et territoire, les manques les plus urgents en généralistes et spécialistes, et en tirer les conséquences sur la répartition par spécialité pour la première année d’internat et pour les postes de « Clinicat-Assistanat »

La motivation de ma proposition est sur le lien « Vision Globale -Solution globale »:

https://1drv.ms/w/s!Amn0e5Q-5Qu_sAoKetf_T8OKk2Io?e=GfjeRj?e=4YzGt2

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s