Présence de microplastiques dans les poumons d’individus en vie

Des microplastiques jusque dans les poumons

Marine CyglerAUTEURS ET DÉCLARATIONS 

20 avril 2022

https://francais.medscape.com/voirarticle/3608437?src=mkm_ret_230110_mscpmrk-FR_GenMarketingBOYTimeline&uac=368069PV&impID=5071217&faf=1

Hull, Royaume-Uni – Après avoir constaté la présence de microplastiques dans les poumons d’individus en vie, des scientifiques britanniques de l’université de Hull (Angleterre) considèrent que les microfragments constituent une bien plus grande menace qu’on ne pensait jusqu’à présent. Ils en ont identifiés dans la totalité du poumon, avec des niveaux significativement plus élevés dans les lobes inférieurs. Pour eux, l’inhalation peut être maintenant considérée comme un facteur de risque pour la santé respiratoire dont il est nécessaire d’investiguer les effets dans de nouvelles études. Publiée dans Science of the Total Environment , leur étude a analysé du tissu pulmonaire prélevé sur des patients du Castle Hill Hospital de Cottingham [1].

Polypropylène et polythéréphtalate d’éthylène

Dans cette étude, 39 microplastiques de 11 échantillons de tissu pulmonaire (sur 13) ont été analysés grâce à la microspectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (µFTIR). D’après les scientifiques, cette méthodologie permet d’obtenir des résultats plus précis qu’avec les précédents tests de laboratoire. L’étude a détecté 11 microplastiques dans les lobes supérieurs, 77 dans le lobe intermédiaire et 21 dans les lobes inférieurs. Parmi eux, 12 polymères ont été identifiés dont les plus fréquents étaient le polypropylène (23%), le polythéréphtalate d’éthylène (18%) ainsi que de la résine (15%). Leur provenance : les emballages, les bouteilles, les vêtements, les cordes et ficelles…

Des microplastiques jusqu’à la taille minuscule de 4 μm ont été découverts mais les scientifiques ont eu aussi la surprise de trouver des échantillons de plus de 2mm dans tous les prélèvements pulmonaires, en majorité sous forme de fibres fragmentées. Les taux de plastique étaient considérablement plus élevés chez les hommes que chez les femmes.

Laura Sadofsky, qui a dirigé ce travail, rappelle que « des microplastiques ont déjà été trouvés dans les poumons humains lors d’autopsie. Mais c’est la première étude robuste qui prouve qu’il y en a dans les poumons de personnes en vie ». « Elle montre en plus que ces microplastiques se logent en particulier dans les parties inférieures des poumons, là où les voies respiratoires sont tellement étroites qu’on n’imaginait pas qu’il serait possible d’y pénétrer. Et pourtant on en trouve », poursuit-elle.

Poursuivre les investigations

« Caractériser le type et la quantité des microplastiques présents dans les poumons permet une vision réaliste pour les expériences d’exposition en laboratoire quand nous cherchons à déterminer les impacts sur la santé des microplastiques », a indiqué Laura Sadofsky, qui exerce comme maîtresse de conférence en médecine respiratoire à la Hull York Medical School.

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s