Une nouvelle dérogation pour 2023 pour les Néonicotinoïdes

Néonicotinoïdes : consultation publique en vue d’une nouvelle dérogation pour 2023

Un projet d’arrêté vise à réautoriser en 2023 l’emploi de semences de betteraves sucrières traitées aux néonicotinoïdes, ces insecticides surnommés les « tueurs d’abeilles ».

Le Monde avec AFP

Aujourd’hui à 21h01, mis à jour à 21h01.Lecture 1 min.

Les insecticides accusés de tuer les abeilles s’apprêtent-ils à faire leur retour dans les champs de betteraves sucrières pour la troisième, et dernière année, année ? Le gouvernement a rendu public, mardi 3 janvier, un projet d’arrêté autorisant à nouveau pour la campagne 2023 l’utilisation de semences de betteraves sucrières traitées avec des néonicotinoïdes, insecticides néfastes pour les abeilles, suscitant l’opposition de défenseurs de l’environnement.

Ce texte, publié sur le site du ministère de l’agriculture, est mis à la consultation du public jusqu’au 24 janvier. Il devra ensuite faire l’objet d’un avis favorable du conseil de surveillance des néonicotinoïdes avant d’être signé par le gouvernement, probablement début février. « La campagne betteravière 2023 est la dernière campagne pour laquelle un arrêté dérogatoire à l’interdiction d’utilisation des produits contenant des substances actives de la famille des néonicotinoïdes est susceptible d’être adopté », précise le ministère de l’agriculture.

Fin 2020, le Parlement avait autorisé le retour temporaire de ces insecticides, qui contribuent au déclin massif des colonies d’abeilles et interdits depuis 2018, pour voler au secours de la filière betteravière dont les rendements avaient été drastiquement réduits par la jaunisse. La loi précisait que les dérogations ne pourraient être accordées, jusqu’en juillet 2023, que pour les semences de betterave sucrière.

En décembre, le ministre de l’agriculture, Marc Fesneau, s’était dit favorable à une nouvelle dérogation, après celles de 2021 et 2022, « pour lutter efficacement » contre la prolifération des pucerons verts, porteurs de la jaunisse de la betterave, « en attente de solutions alternatives ».

Lire aussi

Le Conseil d’Etat valide le retour temporaire des néonicotinoïdes dans les champs de betteraves sucrières

Le projet d’arrêté autorise au titre de la campagne 2023, et pour une durée de cent vingt jours, l’emploi de semences de betteraves sucrières traitées à l’imidaclopride ou au thiamethoxam (des néonicotinoïdes). L’arrêté est accompagné de restrictions sur les cultures qui pourront être semées les années suivantes sur ces surfaces, afin de réduire l’exposition des insectes pollinisateurs aux résidus éventuels de ces produits.

Pression de la maladie « bien moindre qu’en 2020 et 2021 »

L’ONG Générations futures s’est immédiatement opposée à ce nouveau projet, estimant que les informations disponibles montraient une pression de la maladie « bien moindre qu’en 2020 et 2021 »« Il faudrait à la fois avoir un fort réservoir de virus et une forte pression de pucerons » pour justifier une nouvelle dérogation, selon un communiqué de l’association.

Lire aussi

L’arrêté encadrant le retour des néonicotinoïdes s’appuie sur des données erronées

« Aujourd’hui, les informations scientifiques dont nous disposons ne justifient en rien la demande d’une nouvelle dérogation », affirme dans un communiqué François Veillerette, porte-parole de Générations futures.

Newsletter « Chaleur humaine » Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet S’inscrire Newsletter « Chaleur humaine » Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet S’inscrire Newsletter « Chaleur humaine » Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet S’inscrire

Le gouvernement rappelle qu’un plan national de recherche et d’innovation (PNRI) – intitulé « Vers des solutions opérationnelles contre la jaunisse de la betterave sucrière » – a été lancé au printemps 2021 pour trouver des solutions alternatives aux néonicotinoïdes, mais que les instances de ce PNRI considèrent qu’il n’existe pas encore de solutions « déployables à l’échelle de l’ensemble » des cultures betteravières, « même si certaines pistes sont prometteuses ».

Lire aussi

« Néonicotinoïdes » : la première fois que « Le Monde » l’a écrit

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d’entraîner un dépôt de cookies de la part de l’opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton « Lire la vidéo ». 

Lire la vidéo Gérer mes cookies

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s