En plein centre de Toulouse une cabine de téléconsultation dans un supermarché fait polémique

Installée entre le maquillage et le bien-être, la cabine de télémédecine du Monoprix de Toulouse fait polémique

Par S.B. le 05-12-2022

https://tracker.egora.fr/u/nrd.php?p=XYBlorZBtz_15495_4009310_1_21&ems_l=4046799&i=1&d=R0RnNWV2Zmo2UTBIOUZrdmU3WDU2azNqQ0pYWkVFenRWZHdVY3E2RmkwWTZpT0owY0JHNmxQRjB4dnFuUUhJenZ3QmRneVc0JTJCZnRuUG9NOCUyQlJBZFJBJTNEJTNE%7CRW4rYnJlZistK3NhbWVkaSsxMCtkJUMzJUE5Y2VtYnJl%7CMjAyMg%3D%3D%7CMTI%3D%7CMTA%3D%7CMTM4MDQ0MzQ1%7CWFlCbG9yWkJ0eg%3D%3D%7CNWQ0NjNjMjI2MDFiYzA0MDE%3D%7C&_esuh=_11_3e44c449c37075b9ea24e1cd6906175ea4f67a995ff1bfcf6a25bab7e7d93b2f

Elle va fêter ses un an. Pourtant, la cabine de télémédecine du Monoprix rue d’Alsace-Lorraine à Toulouse ne fait pas l’unanimité, notamment du côté de l’Ordre des médecins qui lui reproche d’être un « bien de consommation ». 

Depuis un an, la cabine de télémédecine du Monoprix toulousain propose aux patients « l’accès à un médecin généraliste à distance, sans rendez-vous, en moins de 15 minutes », sur simple présentation de leur carte vitale.  

A l’intérieur de la télécabine, un thermomètre, un tensiomètre ou encore un stéthoscope sont connectés et mis à disposition du patient. A la fin du rendez-vous, le médecin pourra délivrer, si nécessaire, une ordonnance. 

Des cabines de télémédecine à l’entrée de l’hôpital : l’idée du Pr Braun pour sauver les urgences 

Une pratique qui ulcère le conseil de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne, dont son président dénonce « une offre purement économique ». « Cela répond à un bien de consommation. Nous, médecins, nous devons répondre à un besoin de santé. Beaucoup de personnes y vont pour obtenir un arrêt de travail, sans rencontrer leur médecin traitant », ajoute le Dr Séphane Oustric. 

Le président du Conseil départemental de l’Ordre demande un encadrement de la pratique de télémédecine via des autorisations de l’ARS. 

Le retrait de la cabine n’est pour l’instant pas envisagé mais Monoprix affirme en revanche ne pas vouloir déployer d’autres télécabines dans ses supermarchés.  

[Avec ladepeche.fr]

La cabine de télémédecine du Monoprix du centre-ville de Toulouse fait tousser l’ordre des médecins

https://www.ladepeche.fr/2022/11/17/toulouse-la-cabine-de-telemedecine-du-monoprix-du-centre-ville-fait-tousser-lordre-des-medecins-10806604.php

En moins de 15 minutes, le patient entre en communication avec un médecin généraliste
La cabine de téléconsultation du Monoprix  de la rue Alsace Lorraine
  • En moins de 15 minutes, le patient entre en communication avec un médecin généraliste DDM – FREDERIC CHARMEUX
  • La cabine de téléconsultation du Monoprix de la rue Alsace Lorraine DDM – FREDERIC CHARMEUX

Publié le 17/11/2022 à 07:07 , mis à jour à 07:20

byETX Studio

Une cabine de télémédecine, installée dans le Monoprix de la rue Alsace Lorraine de Toulouse depuis plusieurs mois, suscite la colère du Conseil départemental de l’Ordre des Médecins de Haute-Garonne.

Discrètement disposée entre le rayon maquillage et celui du bien-être, une cabine de téléconsultation médicale a pris ses quartiers dans le Monoprix de la rue Alsace-Lorraine à Toulouse, depuis un an maintenant. L’utilisation est simple. Après avoir présenté sa carte Vitale, le patient a « accès à un médecin généraliste à distance, sans rendez-vous, en moins de 15 minutes ». C’est en tout cas ce que promet l’affiche plaquée sur la porte de l’appareil. À l’intérieur, un thermomètre, un tensiomètre, ou encore un stéthoscope… Tout un tas d’instruments médicaux connectés sont mis à disposition du patient et permettent d’envoyer des informations sur l’état de santé de ce dernier au praticien qu’il consulte par caméras interposées. À l’issue de ce rendez-vous improvisé, le médecin généraliste peut, si nécessaire, délivrer une ordonnance.

Cette « démarche d’innovation » de l’enseigne Monoprix, dont l’objectif est « de faciliter l’accès aux soins » de sa clientèle, n’a pas échappé au courroux du Conseil départemental de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne, qui s’oppose fermement à la pratique de la télémédecine. Et d’autant plus quand cette dernière, s’immisce dans les supermarchés.

L’installation des premières cabines, au mois d’avril 2021, dans les magasins Monoprix de Paris et de Troyes avait déclenché la polémique. Le Conseil national de l’Ordre des Médecins avait, dans un communiqué publié sur son site Internet, dénoncé cette initiative. 

« C’est une offre purement économique »

« Ce n’est pas un parcours de soins et de santé, c’est une offre purement économique. Il n’y a pas de secret médical […] Cela répond à un bien de consommation. Nous médecins, nous devons répondre à un besoin de santé. Beaucoup de personnes y vont pour obtenir un arrêt de travail, sans rencontrer leur médecin traitant » , s’agace Stéphane Oustric, le président du Conseil de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne. « Ce n’est pas réglementé par l’Etat. Nous demandons que ce soit encadré, qu’ils y aient des autorisations mises en place par l’Agence Régionale de Santé », affirme-t-il.

Pour sa défense, Monoprix assure que cette cabine « n’a absolument pas vocation à se substituer à une consultation présentielle ou à promouvoir un modèle unique dans l’exercice de l’art médical ». « Les clients apprécient ce service de proximité, en complément de leur médecin traitant, notamment pour des renouvellements d’ordonnance, l’obtention d’un certificat médical pour une pratique sportive ou encore une prise de tension », rétorque l’enseigne de distribution.

Le retrait de ce dispositif tant controversé n’est, pour l’heure, pas envisagé. Monoprix affirme, en revanche, ne pas vouloir déployer davantage de cabines de télémédecine dans ses supérettes.

Charlotte Benatti

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s