60 à 70 nouveaux centres de santé pour lutter contre la désertification médicale en Occitanie

Déserts médicaux : deux centres de santé vont ouvrir en Haute-Garonne avec 7 à 9 médecins salariés

ABONNÉS

  • Vincent Bounes.Vincent Bounes. DDM – DDM – NATHALIE SAINT-AFFRE

Santé,  Toulouse,  Haute-Garonne

Publié le 07/11/2022 à 13:24

https://www.ladepeche.fr/2022/11/07/deserts-medicaux-deux-centres-de-sante-vont-ouvrir-en-haute-garonne-avec-7-a-9-medecins-salaries-10777932.php

l’essentiel

Deux centres de santé, financés par la région Occitanie dans le cadre du plan « Ma Santé, Ma Région », verront prochainement le jour en Haute-Garonne, selon Vincent Bounes, le vice-président de la région Occitanie chargé de la santé. 

60 à 70 nouveaux centres de santé pour lutter contre la désertification médicale en Occitanie. Tel est l’un des objectifs du projet de la région Occitanie  « Ma santé, Ma Région », qui prévoit la création de centres de santé dans des zones sous dotées du territoire. Ces établissements seront pourvus de médecins généralistes, d’infirmiers et de sages-femmes, tous salariés de la région. Depuis le début du mois de juillet, trois centres de santé ont déjà  vu le jour  : à Sainte-Croix-Volvestre en Ariège, à Salviac dans le Lot et à Millas dans les Pyrénées Orientales, et ont permis de salarier huit médecins au total. 

En Haute-Garonne, des projets sont en cours. Le département devrait, « d’ici à 3 ou 4 mois » accueillir deux centres de santé « dans le sud du Comminges », confie Vincent Bounes, le vice-président de la région Occitanie chargé de la santé et directeur du SAMU 31.  7 à 9 praticiens seront recrutés. « Nous avons identifié les médecins, les contrats ont presque tous été signés », indique l’élu. 

Dans les jours et semaines à venir, deux nouveaux centres ouvriront leurs portes : un dans le Tarn, et un dans les Hautes-Pyrénées, près de Tarbes. « L’objectif est d’avoir ouvert, à la fin de l’année, 7 nouveaux centres en 6 mois », rapporte Vincent Bounes. 

Pour rappel, la région Occitanie envisage de recruter 200 professionnels de santé d’ici à 2026 en ouvrant « une dizaine de centres de santé par an ».

A lire aussi : Haute-Garonne : les internes ne veulent pas faire une année de plus dans un désert médical

La quatrième année d’internat « n’est pas une solution au désert médical »

Un projet de loi visant à lutter contre les déserts médicaux, très controversé, a été adopté dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2023, passé de force avec un recours au 49.3, la semaine dernière. Il s’agit de l’ajout d’une quatrième année d’internat pour les étudiants en médecine générale, laquelle devrait s’effectuer dans « une zone sous dense en médecins généralistes ». Pour le vice-président de la région Occitanie chargé de la santé, cette mesure n’est absolument pas  » une solution au problème des déserts médicaux ». Elle s’avère même « impossible » à mettre en place. « Les internes ont besoin d’un tuteur pour être encadrés. Nous ne pouvons donc pas les mettre dans des endroits où il n’y a pas de médecins installés. Nous ne pouvons pas les lâcher seuls », explique Vincent Bounes. « Cela peut, en revanche, être intéressant d’un point de vue pédagogique, tout dépend comme c’est tourné », lance-t-il. 

Crise des vocations : le nombre de pédiatres devrait augmenter de 30 à 40% d’ici 2040 selon l’Ordre des médecins

  • Le Dr Mourgues, vice-président du conseil national de l’Ordre des médecins. /Le Dr Mourgues, vice-président du conseil national de l’Ordre des médecins. / Photo DR Conseil national de l’Ordre des médecins

Santé,  Occitanie,  Lot-et-Garonne

Publié le 04/11/2022 à 07:57

https://www.ladepeche.fr/2022/11/04/crise-des-vocations-le-nombre-de-pediatres-devrait-augmenter-de-30-a-40-dici-2040-selon-lordre-des-medecins-10780789.php

l’essentiel

Des parents qui font 45 km pour lui amener leur enfant, le Dr Mourgues, médecin généraliste dans le Lot-et-Garonne, en voit régulièrement à son cabinet, ce qui en dit long sur les problèmes de démographie médicale, notamment dans les départements ruraux. Raison pour laquelle il s’intéresse au sujet depuis longtemps au sein de l’Ordre national des médecins dont il assure la vice-présidence. Son point de vue sur l’avenir.

Les pédiatres ne courent pas les rues dans la région, même si leur nombre est passé de 284 à 313 en Midi-Pyrénées entre 2010 et 2022, tandis qu’il passait de 249 à 301 en Languedoc-Roussillon. Un problème de démographie médicale qui intéresse particulièrement le Dr Mourgues et qu’il suit donc de près, au conseil national de l’Ordre des médecins dont il assure la vice-présidence. 

Préférant voir le verre à moitié plein que le verre à moitié vide, dans un contexte de crise, il indique la situation s’améliore pour les pédiatres qui sont aujourd’hui 8 774 en France, soit 20,8 % de plus qu’en 2010. Au total, car en réalité, les intermittents – que certains considèrent comme des mercenaires, tant leurs piges reviennent cher à l’hôpital – ont beaucoup plus augmenté que les actifs dont la hausse se limite à 14 %. Mais le Dr Mourgues veut redonner espoir aux pédiatres en activité, en particularité dans la région Occitanie où, pour l’année universitaire 2022-2023, il y avait seulement 11 postes ouverts en pédiatrie à Toulouse et 12 à Montpellier, sur un total de 345 au niveau national.

« Pour ce qui est des études médicales, le numerus apertus prévoit 51 000 entrées en 2e année au niveau national et autant d’étudiants formés dans les cinq prochaines années, soit 10 200 par an. C’est 20 % d’étudiants en plus formés dans les facs françaises, auxquels il faut ajouter les médecins étrangers, donc 12 000 par an environ », poursuit le Dr Mourgues. Il concède qu’il y a encore une décennie difficile. « Mais ça remontera progressivement. Et, en 2040, on devrait avoir une densité médicale supérieure de 35 % à la densité actuelle. » Un bémol toutefois, le temps de travail. « Un médecin il y a 30 ans travaillait plus que des médecins qui arrivent sur le marché maintenant ; c’est une évolution sociétale dont il faudra tenir compte dans l’offre de soins. »

La pédiatrie en chiffres

  • 69,9 % des pédiatres sont salariés en 2022 (contre 61 % en 2010). Ils sont passés de 25 à 20,5 % dans le libéral, pendant ces 12 ans, tandis que le nombre de praticiens ayant choisi un mix des deux passaient de 14 à 10%.
  • Le métier se féminise. Les femmes représentaient 63,5 % des pédiatres en 2010, 75 % en 2022.
  • C’est également une profession qui se rajeunit. La moyenne d’âge des pédiatres est passée de 49,3 ans en 2010 à 46,6 ans en 2022.

Béatrice Dillies
suivre ce journaliste

Voir les commentaires

Dr SCHEFFER:

Voilà un membre de Conseil National de l’Ordre des médecins bien optimiste. Qu’il jette un oeil sur la récente carte interactive de la fracture sanitaire publiée par l’UFC Que choisir (https://www.quechoisir.org/carte-interactive-fracture-sanitaire-n21245/)

1/4 des enfants sont à plus de 45KM d’un pédiatre (https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-l-ufc-que-choisir-devoile-la-carte-de-l-intolerable-fracture-sanitaire-les-pouvoirs-publics-vont-ils-engin-agir-pour-la-resorber-n103835/?dl=107451)

D’ici 2030 le nombre de médecins en France va continuer à diminuer. Il est probable que ce pédiatre n’a pas envie que s’appliquent aux jeunes médecins libéraux une régulation des installations !

Voir aussi:

https://environnementsantepolitique.fr/2022/11/08/acces-aux-soins-un-quart-des-enfants-ages-de-0-a-10-ans-vivent-sans-pediatre-a-moins-de-45-minutes-de-route-selon-lufc-que-choisir-19-millions-de-francais-ont-un-acces-problematique-a-un-genera/

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s