Pour le Directeur de la CNAM, la priorité est de redonner du temps médical aux médecins.

 

« Si les généralistes passaient de 1000 à 1200 patients, ça règlerait le problème » : l’enjeu des futures négos selon le DG de la Cnam   

Par S.B. le 05-09-2022 

Alors que les négociations conventionnelles devraient s’ouvrir avant la fin de l’année, le directeur de l’Assurance-maladie a dévoilé, dans un entretien au Figaro, ses priorités pour réussir la transformation du système de santé.

« La priorité est de redonner du temps médical aux médecins. Il n’est pas question de les faire travailler davantage, mais dans de meilleures conditions en s’entourant d’une équipe, et qu’ils puissent suivre davantage de patients », a indiqué Thomas Fatôme, DG de l’Assurance-maladie depuis mi-2020, en amont des prochaines négociations conventionnelles dans le Figaro« Si les généralistes passaient de 1.000 à 1.200 patients suivis en moyenne, cela réglerait le problème des assurés qui ne trouvent pas de médecin traitant », a-t-il calculé.

Le directeur de l’Assurance-maladie s’est félicité du succès des assistants médicaux et mise sur un premier objectif de 4.000 postes d’ici la fin de l’année, tout en indiquant « vouloir aller plus loin ». Pour motiver les praticien hésitants, Thomas Fatôme se dit « prêts à modifier le niveau de l’aide, la durée et les curseurs du dispositif ».

Future convention médicale : ce qui vous attend

Quant à l’épineuse question d’une revalorisation des honoraires médicaux, le directeur se dit « prêts à travailler à une convention très ambitieuse », tout en respectant le cadre fixé par l’Ondam.

Avec le développement des téléconsultations, les nouveaux usages numériques feront partie intégrante de la prochaine convention. Pour éviter les dérives liées aux téléconsultations, Thomas Fatôme propose « que les arrêts de travail indemnisés ne puissent être délivrés en téléconsultation que par le médecin traitant ». Un cahier des charges devra être défini et l’Assurance-maladie prévoit déjà de développer « l’e-prescription, obligatoire d’ici fin 2024, qui permettra grâce à des ordonnances dotées d’un QR Code d’améliorer la traçabilité et d’éviter les arnaques ».

[Avec lefigaro.fr]

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s