Le Dr Braun demande que toutes les « rustines temporaires » de la mission flash soient appliquées dès maintenant ( les textes réglementaires seront publiés d’ici quelques jours)


Le Figaro , Le Monde 
11Juillet 2022

« Urgences : Braun ordonne la mise en oeuvre de la mission « flash » sur le terrain »

https://www.mediscoop.net/index.php?pageID=cfce3be342c3094e98473fafcaab9c65&id_newsletter=16854&liste=0&site_origine=revue_mediscoop&nuid=44baf5968540a6248a8065e80f2f7273&midn=16854&from=newsletter

Le Figaro indique en effet que « le nouveau ministre de la Santé François Braun a affirmé […] avoir donné instruction aux Agences régionales de Santé (ARS) de déployer les recommandations de la «mission flash» sur les urgences qu’il avait lui-même diligentée, avant d’entrer au gouvernement ».
Le ministre fait ainsi savoir qu’avec cette «  »boîte à outils » opérationnelle […] les territoires disposent, jusqu’à la fin du mois de septembre, d’une série de leviers nouveaux pour garantir une réponse adaptée aux besoins de santé des Français ».
« Ces leviers permettent de soutenir les nouvelles coopérations entre professionnels (…) ; de reconnaître l’engagement supplémentaire des professionnels pour augmenter le temps soignant disponible ; d’accompagner la pénibilité attachée au travail de nuit, notamment dans les hôpitaux », 
remarque François Braun.
Le quotidien ajoute que selon le ministre, « des textes réglementaires nécessaires vont être publiés «dans les premiers jours de cette semaine». Ils concernent par exemple «la revalorisation du travail de nuit à l’hôpital à compter du 1er juillet, les modalités de rémunération des professionnels libéraux mobilisés pour la régulation au Samu» ».
François Braun évoque « une importante campagne de communication permettant aux Français de comprendre les nouveaux leviers et de mieux s’orienter dans le système de santé. En particulier, des messages pédagogiques seront diffusés pour inciter les Français à appeler le 15 préalablement à tout déplacement aux urgences ».
Le Figaro précise que « pour l’essentiel, «les mesures» sont «temporaires : sauf exception, leur mise en œuvre a été validée à titre dérogatoire, pour une période déterminée de 3 mois». Mais le ministre rappelle que ce plan «été» fera «l’objet d’une évaluation tout au long de son déploiement» ».
« L’effet des mesures sera précisément mesuré (…), avant d’envisager, le cas échéant, leur pérennisation ou leur généralisation par des mécanismes «traditionnels» (textes réglementaires, négociation conventionnelle, etc.) », 
continue le journal.
Le Monde constate également que « François Braun ordonne la mise en œuvre de la «mission flash» sur les urgences ».
Le journal rappelle que « la «mission flash» préconisait de «réguler les admissions», soit avec un «triage paramédical à l’entrée» des urgences, soit par une «régulation médicale préalable systématique» par le standard téléphonique du SAMU ».
« La mission demandait aussi des efforts budgétaires en faveur des personnels hospitaliers, avec une revalorisation du travail de nuit et des ponts du 14 juillet et du 15 août, ainsi qu’une prime pour les équipes des urgences psychiatriques, pédiatriques et gynécologiques »
, note le quotidien.
Il ajoute que « ces efforts concernent aussi « les modalités de rémunération des professionnels libéraux mobilisés pour la régulation au SAMU ».
François Braun indique ainsi que « les territoires disposent, jusqu’à la fin du mois de septembre, d’une série de leviers nouveaux pour garantir une réponse adaptée aux besoins de santé des Français. Ces leviers permettent de soutenir les nouvelles coopérations entre professionnels (…) ; de reconnaître l’engagement supplémentaire des professionnels pour augmenter le temps soignant disponible ; d’accompagner la pénibilité attachée au travail de nuit, notamment dans les hôpitaux ».

François Braun ordonne la mise en œuvre de la « mission flash » sur les urgences

L’essentiel de ces mesures n’est validé que pour une période déterminée de trois mois afin d’aider les professionnels de santé pendant l’été. 

Le Monde avec AFPPublié hier à 22h26, mis à jour à 10h29  

Temps de Lecture 2 min.  https://www.lemonde.fr/sante/article/2022/07/10/francois-braun-ordonne-la-mise-en-uvre-de-la-mission-flash-sur-les-urgences_6134216_1651302.html

Le ministre de la santé, François Braun, lors de sa visite au CHU de Dijon, le 8 juillet 2022.
Le ministre de la santé, François Braun, lors de sa visite au CHU de Dijon, le 8 juillet 2022.  JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Le nouveau ministre de la santé, François Braun, a affirmé, dimanche 10 juillet, avoir donné instruction aux agences régionales de santé (ARS) de déployer les recommandations de la « mission flash » sur les urgences qu’il avait lui-même diligentée avant d’entrer au gouvernement. François Braun souligne que des textes réglementaires nécessaires vont être publiés « dans les premiers jours de cette semaine ».

Le 30 juin, avant d’être nommé ministre, l’urgentiste, missionné par le président de la République, Emmanuel Macron, avait remis au gouvernement d’Elisabeth Borne 41 propositions pour surmonter un été « à haut risque » dans les services d’urgences.

Lire aussi :  Crise de l’hôpital : Elisabeth Borne retient toutes les 41 propositions de la mission Braun

Des incitations financières

La « mission flash » préconisait de « réguler les admissions », soit avec un « triage paramédical à l’entrée » des urgences, soit par une « régulation médicale préalable systématique » par le standard téléphonique du SAMU. « Des messages pédagogiques seront diffusés pour inciter les Français à appeler le 15 préalablement à tout déplacement aux urgences, afin d’être mieux orientés vers une offre de soins adaptée à leurs besoins », a précisé dimanche le ministre de la santé.

La mission demandait aussi des efforts budgétaires en faveur des personnels hospitaliers, avec une revalorisation du travail de nuit et des ponts du 14 juillet et du 15 août, ainsi qu’une prime pour les équipes des urgences psychiatriques, pédiatriques et gynécologiques.

Lire aussi :  Comment les hôpitaux se préparent à passer l’été

Ces efforts concernent aussi « les modalités de rémunération des professionnels libéraux mobilisés pour la régulation au SAMU ». En déplacement au centre hospitalier de Pontoise (Val-d’Oise) le 1er juillet, la première ministre, Elisabeth Borne, avait insisté sur la nécessité de « mobiliser tous les professionnels de santé », ce qui passera notamment par des incitations financières en direction des médecins libéraux – une majoration de 15 euros des consultations pour la prise en charge de personnes qui ne sont pas dans leur patientèle.

Mme Borne avait dit aussi vouloir permettre aux pharmaciens et kinésithérapeutes de faire des actes qu’ils ne faisaient pas jusque-là, comme renouveler des ordonnances pour des soins chroniques.

Des mesures « temporaires »

La première ministre évoquait également la possibilité d’ouvrir les maisons médicales de garde le samedi matin « pour avoir une offre de soins plus importante », la volonté de faciliter les démarches pour les médecins retraités qui voudraient se mobiliser cet été, ou encore encourager le recours à la télémédecine, jugée comme « une bonne solution dans les territoires où il y a une carence dans l’offre de soins ».

Lire aussi :  « Les recommandations arrivent un peu tard » : les pistes de la « mission flash » pour permettre aux urgences de passer l’été

Pour l’essentiel, « les mesures » qui vont entrer en vigueur cette semaine sont « temporaires » : sauf exception, leur mise en œuvre a été validée à titre dérogatoire, pour une période déterminée de trois mois. Mais le ministre rappelle que ce « plan été » fera « l’objet d’une évaluation tout au long de son déploiement ». L’effet du dispositif « sera précisément mesuré (…), avant d’envisager, le cas échéant, leur pérennisation ou leur généralisation par des mécanismes “traditionnels” (textes réglementaires, négociation conventionnelle, etc.). »

Avec cette « “boîte à outils” opérationnelle », François Braun explique dans un communiqué que « les territoires disposent, jusqu’à la fin du mois de septembre, d’une série de leviers nouveaux pour garantir une réponse adaptée aux besoins de santé des Français. Ces leviers permettent de soutenir les nouvelles coopérations entre professionnels (…) ; de reconnaître l’engagement supplémentaire des professionnels pour augmenter le temps soignant disponible ; d’accompagner la pénibilité attachée au travail de nuit, notamment dans les hôpitaux ».

Le Monde avec AFP

Voir aussi:

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s