Le député de la majorité Thomas Mesnier, Mz candidat à sa réélection en Charente, propose des solutions à la crise des urgences, n’hésitant pas à bousculer les « corporatismes ».

Smur sans docteur, régulation de l’accès aux urgences… Face à la crise, le député urgentiste Thomas Mesnier veut « secouer les tabous »

Par A.M. le 07-06-2022

https://tracker.egora.fr/u/nrd.php?p=XYBlorZBtz_10063_3905276_1_19&ems_l=3868822&i=1&d=Rzd4R2dKN0QlMkZGbWx6WVFMTGUyUVJ0aEpwbCUyQklINWRRVUhLVHNubWZPbTJiZEVjaHhGdWRXTFExZVZhZkU3MWhKT2hSdXFrY0I0Zjcxc2o2a1NXU1RRJTNEJTNE%7CRW4rYnJlZistK21lcmNyZWRpKzgranVpbg%3D%3D%7CMjAyMg%3D%3D%7CMDY%3D%7CMDg%3D%7CMTMyMTAwMzYw%7CWFlCbG9yWkJ0eg%3D%3D%7CNWQ0NjNjMjI2MDFiYzA0MDE%3D%7C&_esuh=_11_7fe2caef71ddb94d30c26b45cac8abddb36c42ee539b5d9d65b7b857d542d186

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, le député de la majorité, candidat à sa réélection en Charente, propose des solutions à la crise des urgences, n’hésitant pas à bousculer les « corporatismes ».

Co-rapporteur d’une mission sur les urgences en 2019, qui avait débouché en septembre sur le Pacte de refondation des urgences, le Dr Thomas Mesnier n’est pas à court d’idées. Dans une interview accordée au JDD,l’urgentiste-député de Charente, candidat du mouvement Horizons à sa réelection, estime que la crise actuelle « peut nous permettre de secouer les tabous ». « Pour passer le cap de l’été, il faut se remettre en mode gestion de crise, avec un pilotage par les ARS, des personnes dédiées à la recherche de lits disponibles au niveau de chaque département, voire un appel aux jeunes retraités de la réserve sanitaire pour juillet-août. »  

A l’instar du Pr Philippe Juvin, du syndicat MG France ou de la Conférence nationale des URPS-médecins libéraux, Thomas Mesnier propose de généraliser la régulation de l’accès aux urgences par le 15, solution mise en place la nuit aux urgences du CHU de Bordeaux. « Ça fonctionne. C’est en place au Danemark depuis des années. Je l’évoquais en 2018. Généralisons-la pour recentrer les urgences sur leur vrai métier : les urgences vitales ! »

Se gardant de jeter la pierre aux médecins de ville, qui « assurent déjà la majorité des soins non programmés en ville », l’urgentiste rejette la solution de l’obligation de garde qui risque de « faire fuir » les médecins. « Pourquoi ne pas organiser des gardes de télémédecine, dans les maisons médicales, pour épauler le médecin d’astreinte sur place ? », avance-t-il. Le député loue par ailleurs le concept de « Smur paramédical » mis en place à Château-du-Loir, dans la Sarthe, pour pallier l’absence de médecins. « Le Smur sans docteurs, ça existe partout dans le monde et ça marche. Même si ça heurte un dogme français. »

Crise des urgences : « Il faut que les médecins libéraux lèvent la tête du guidon et s’engagent sur les territoires »

« J’ai reçu une offre d’emploi à 10.000 euros pour une semaine »

Pour qu’en ville « la charge de travail soit mieux répartie », Thomas Mesnier suggère de « s’appuyer davantage sur les autres professionnels de santé » que sont les kinés (pour les entorses) et les pharmaciens (pour les infections urinaires) comme la loi le prévoit, en organisant un accès direct. « La crise peut nous permettre de secouer les tabous, les habitudes, les corporatismes. » Les infirmières en pratique avancée doivent pouvoir « s’implanter partout » et « se substituer aux médecins pour un nombre plus important de tâches », plaide-t-il encore. 

Enfin, le médecin considère qu’« il est temps de casser la spirale inflationniste de l’intérim médical et infirmier ». « J’ai reçu une offre d’emploi à 10.000 euros pour une semaine de travail de 9 heures à 18 heures dans un établissement du centre de la France ! Comment les hôpitaux peuvent-ils rester attractifs pour les jeunes praticiens face à de tels tarifs ? », s’insurge Thomas Mesnier. « La loi limitant le paiement des contrats courts doit être appliquée. Faisons-le dès la rentrée, appelle-t-il. Les médecins mercenaires arrêteront peut-être d’exercer un temps, mais ils sont comme tout le monde, ils ont besoin de travailler et reviendront dans les services. »

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s