La mairie met à la porte des généralistes qui ne consulteraient pas assez !

Des médecins généralistes privés de cabinet par la mairie mécontente de leur travail 

Par M.J. le 01-06-2022 https://tracker.egora.fr/u/nrd.php?p=XYBlorZBtz_20552_3900232_1_101&ems_l=3860632&i=1&d=Rzd4R2dKN0QlMkZGbWx6WVFMTGUyUVJ0aEpwbCUyQklINWRRVUhLVHNubWZPbTJiZEVjaHhGdWRXTFExZVZhZkU3MWhKT2hSdXFrY0I0Zjcxc2o2a1NXU1RRJTNEJTNE%7CRW4rQnJlZisyMDIyLTA2LTAxKzE4aA%3D%3D%7CMjAyMg%3D%3D%7CMDY%3D%7CMDE%3D%7CMTMxODYzMzY5%7CWFlCbG9yWkJ0eg%3D%3D%7CNWQ0NjNjMjI2MDFiYzA0MDE%3D%7C&_esuh=_11_1ae6c3689251a7dbfcfa6b8f5544ab4ca1f7e53ca65bee0c7ece36a4429227c8

La municipalité d Auvers-sur-Oise a décidé de renoncer à mettre à disposition les locaux de la maison de santé de la ville aux médecins généralistes qui y exercent. Une décision prise selon les “mécontentements” des administrés qui ne parviennent pas à avoir de rendez-vous, indique la maire. 

Ils seront à la porte à partir du 4 septembre 2023. Quatre médecins généralistes de la maison médicale du Péan, située dans la commune d’Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise) ont été avertis par la mairie de son intention de dénoncer la convention d’occupation des locaux qui la rattachait à la maison de santé. 

Dans les colonnes du Parisien, la maire justifie cette décision par les “mécontentements de la part de nombreux administrés, mais aussi d’autres villes du territoire, qui n’arrivent pas à avoir de rendez-vous ou bien de médecin référent”. “La municipalité s’est rapprochée des professionnels de santé de la maison médicale afin de faire un point sur l’offre de soins proposée qui ne correspond plus aux attentes”, expliquait encore l’élue Divers Droite, Isabelle Mézières fin avril, dans un communiqué. Ayant le sentiment d’être « convoqués » par la maire, les médecins dénoncent cette décision. “La municipalité prétend vouloir influer sur notre activité de médecine libérale en décidant du choix de notre patientèle, en nous imposant une quotité de travail, allant jusqu’à nous conseiller dans nos prises en charge médicales, l’organisation et le déroulé de nos consultations”, se sont-ils insurgés, considérant que le ton de la maire était menaçant et méprisant. 

Un jeune généraliste veut s’installer dans un village, des habitants le découragent

Les médecins exercent dans la maison de santé depuis cinq ans, implantée dans une commune touchée de plein fouet par le problème de l’accès aux soins. Construite et financée par la mairie, ils l’occupent à titre gratuit et n’en paient que les charges. “Nous ne nous attendions pas à cela. On ne demandait rien, nous voulions juste continuer à travailler”, témoigne l’un deux auprès du Parisien. “Il n’est pas question que nous nous fassions dicter notre manière de pratiquer la médecine !”, proteste un autre. Ils ont décidé d’en partir “dès que possible”. 

La mairie assure, de son côté, que la maison médicale ne va pas fermer. Elle recherche désormais des médecins libéraux ou salariés. Elle songe également à investir dans une cabine de téléconsultation. 

[avec le Parisien

Publié par jscheffer81

Cardiologue ancien chef de service au CH d'Albi et ancien administrateur Ancien membre de Conseil de Faculté Toulouse-Purpan et du bureau de la fédération des internes de région sanitaire Cofondateur de syndicats de praticiens hospitaliers et d'associations sur l'hôpital public et l'accès au soins - Comité de Défense de l'Hopital et de la Santé d'Albi Auteur du pacte écologique pour l'Albigeois en 2007 Candidat aux municipales sur les listes des verts et d'EELV avant 2020 Membre du Collectif Citoyen Albi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s